JÉRUSALEM ET LE TEMPLE DE SALOMON

 Dôme du Rocher

LE TEMPLE DE SALOMON RESTITUÉ

1/INTRODUCTION

Les anciens nomades monothéistes qui devinrent, plus tard, les hébreux, sont signalés en Égypte (tout du moins pour ce que nous savons, pour le moment, des archéologues) depuis 1.400 av. J.-C.  *1 et ici nous pensons, bien évidemment, à Jéthro le Madianite.     Avant la période amarnienne et tandis que les marches du royaume étaient étroitement contrôlées, le peuple d’Égypte était avec les étrangers d’une rare hospitalité. Dans les périodes de disettes, les peuplades nomades venaient s’établir pour un temps en terre de Goshen et faire paître leurs troupeaux. La naissance de Moïse semble coïncider avec les XVIII° et XIX° dynasties et à celle des pharaons Toutankhamon, Horemheb, Ramsès I°, Séthi I° et Ramsès II et ces périodes sont troublées *2. On connaît bien les conséquences malheureuses de l’apparition contestée, sous Akhenaton (vers 1 350 à 1 337 av. J.-C), d’un hénothéisme *3 nouveau qui ressemblerait bien plus à une réaction royale contre la toute puissance des prêtres d’Amon. Aussi, c’est probablement à la période amarnienne que naquit Moïse. Celui-ci élevé à l’instar d’un Prince de sang, fréquenta sûrement le « Kap »*4.   

LE TEMPLE DE SALOMON LIEU DE NAISSANCE DE MOÏSE

 Le Caire-Synagogue Ben Ezra – Lieu où Moïse aurait été recueilli

Mais les désordres de la période amarnienne permirent aux Hittites d’envahir le Mittani, la Palestine et la Syrie. Avec la disparition de Toutankhamon et du Père Divin Aÿ, Horemheb, ancien général, s’arroge le pouvoir et devient Pharaon (vers 1 323 à 1 295 av. J.-C.). Si nous connaissions la date exacte de l’Exode qui, à mon sens, s’est sûrement effectuée en plusieurs étapes, il n’y aurait aucune difficulté pour connaître la titulature du Pharaon régnant de l’époque et comprendre, plus aisément, les motivations du départ des Hébreux. Cependant, la chronologie manéthonienne de l’Égypte Antique et bien sûr celle, à fortiori, de la Bible restent très controversées * 5, aussi nous faut-il utiliser d’autres voies pour tenter d’y voir plus clair. Horemheb rétablissant enfin l’ancien culte, reconquiert les possessions perdues et expulse les tribus nomades qui s’installaient fréquemment sur les riches terres du Delta. Le 25 octobre 1 913, Georges Legrain, Inspecteur en chef des antiquités à Louxor, découvre notamment, à la base du X° pylône du temple de Karnak et près du colosse Ouest d’Horemheb, deux statues (Museum of Cairo – JE 44863, 44864) qui étaient celles du vizir Paramessou, qui deviendra le successeur d’Horemheb, connu sous le nom de Ramsès I° (vers 1 295 av. J.-C.). Selon Manethon *6, dont les écrits sont controversés, Ramsès I° qui inaugure la XIX° dynastie, n’aurait régné qu’un an et quatre mois, son fils Séthi I° (vers 1 295 à 1 279 av. J.-C.) lui succède. Séthi I° est un valeureux guerrier, il combat les Hittites et bloque leur expansion à l’Est. Son fils Ramsès II (vers 1 305 à 1 213 av. J.-C.), monte sur le trône en 1.279 av. J.-C., []il continue l’œuvre entreprise par son Père en reconstituant l’empire de Thoutmosis III. Il remporte sur les Hittites, durant la cinquième année de son règne, la fameuse bataille sur l’Oronte dite de Qadech, vers 1 274 av. J.-C.). Il comprend que la situation internationale joue un rôle de plus en plus important et transporte la capitale à l’Est du Delta, à Pi-Ramsès, qui aurait été construite en partie par les hébreux installés dans les environs. Mais les Peuples de la Mer se soulèvent et devinrent dangereux, c’est le fils de Ramsès II, Merenptah (vers 1 213 à 1 203 av. J.-C.), qui les défait en étendant, par une campagne victorieuse, sa domination jusqu’aux confins libyques.  Une stèle décrit, notamment, l’anéantissement d’Israël et évoquerait ces tribus en marche durant l’Exode dans le Sinaï. Bien que certains chercheurs et exégètes bibliques se méfient de cette hypothèse, elle ne sera pas écartée.

LE TEMPLE DE SALOMON STELE DE MERENPTAH

Stèle de Merenptah –Official Catalogue Cairo Museum-Ref JE 31408

Il semble que c’est la toute première fois que le nom d’Israël est mentionné en tant qu’État et qu’il aurait été gravé sur le granit d’une stèle dite de « Merenptah ou de la Victoire », visible au Musée du Caire.

LE TEMPLE DE SALOMON ISRAËL N'EST PLUSAinsi, à la ligne 27, le texte indique clairement : « Israël est dévasté, sa semence n’est plus ».

Mais dans l’Égypte antique, les mots et les signes sont chargés d’un sens divin. Ainsi, le simple fait de tracer, sous les semelles des sandales du roi, les noms des peuplades belliqueuses, avait pour vertu de protéger l’Égypte des envahisseurs. Or, une stèle bien placée dans un endroit stratégique et à la vue de tout le monde, devenait un « topos » à caractère apotropaïque. Ceci sous-entendant que Pharaon a dû corriger, de temps à autre, par de simples opérations de maintien de l’ordre, les turbulentes tribus nomades des Beneï Israël.

Notes :

*1-cf. Joy Soulé-Nan in « La Nubie des Pyramides » –Le règne d’Amenhotep III (ou Aménophis III – Pharaon de la XVIII° dynastie vers 1 408 à 1 370 av. J.-C. et qui aurait régné environs 38 ans) – Editions du Rocher 2 002 – p. 211 & Note 135 : « […] Sous Amenhotep III, la puissance de l’empire est à son apogée. Quelques bases de colonnes dans la salle hypostyle montrent les « cartouches » des contrées asiatiques et africaines. Une centaine de figurations sont répertoriées dont les fameux « Shasou de Yahvé », tribu bédouine originaire du Sinaï ; cette ethnie livrait « la plus ancienne mention du tétragramme de Dieu 135 » […] Note 135 : Sous Amenhotep III, le nom de Dieu apparaît en qualité de nom de lieu : voir J. Leclant, 1 996, p.65 […] »

*2-cf. Gaston Maspero in « Histoire Ancienne des Peuples de l’Orient » -Hachette 1 884 : « […] Chapitre VI – Les Grandes Migrations Maritimes et la XX° Dynastie […] La tradition la plus accréditée place l’Exode sous le règne de Mînéphtah, et de fait c’est sur une stèle de ce prince, à propos de la victoire qu’il remporta sur les Libyens, que le nom d’Israël parait pour la première fois avec certitude : Israël y est mentionné parmi les cités de la Syrie méridionale, au voisinage de Gézer et d’Ascalon, et il est représenté comme détruit déjà sans rémission. Il semblerait donc résulter de ce passage que Mînéphtah est bien le Pharaon de la Bible, celui qui refusa aux Hébreux la permission d’aller sacrifier dans le désert. C’est la stèle découverte derrière les colosses de Memnon et publiée par Petrie, « Six temples at Thebes », puis transportée au Musé du Caire. Elle est connue sous le nom de stèle d’Israël, bien qu’elle ne parle d’Israël que fort incidemment […] »

* -Repères Chronologiques 

1550-1080 XVIIIe-XXe dynasties.
1391-1353 : Amenhotep ou Aménophis III.
1353-1337 : Amenhotep ou Aménophis IV (Akhenaton).
1279-1213 : Ramsès II
1213-1203 : Merenptah ou Mineptah.

*3-L’hénothéisme, dans la période qui nous préoccupe en Égypte, admet que les dieux polyformes, sont régis  par un dieu prédominant, lequel reçoit, un culte d’État

*4- Kap : cette institution, que l’on pourrait comparer « mutatis mutandis » à nos grandes écoles, prenait en otage les enfants des chefs barbares vaincus et les éduquait à la cour de Pharaon afin de leur inculquer une culture et des us et coutumes compatibles à la manière de vivre des notables égyptiens. Par la suite, à leur maturité et à la fin de leur éducation, ils devenaient les plus dévoués administrateurs et vassaux des nouveaux territoires et étaient, par là même, les plus sûrs garants d’une paix véritable.

*5-Thomas Römer (Université de Lausanne) in Allez Savoir - n ° 3-2 juin 2.005 : « […] le récit de la traversée de la mer par Moïse et ses compagnons nous parle parce que l’on peut prouver que ça s’est vraiment passé, comme on pourrait le croire après les récents tsunamis ? Je pense que l’on n’y gagne pas grand-chose. Il faut surtout voir l’idée qui est derrière : ces textes ont un caractère très symbolique qui vaut la véracité historique […] ».

*6-Manéthon, prêtre égyptien vers 300 av. J.-C., a écrit en grec, à la demande de Ptolémée I°, une histoire de l’Égypte : « Ægyptiaca » en 30 volumes, il avait accès aux listes royales de la Maison de Vie et aux récits qui concernaient les rois mythiques 

 LE TEMPLE DE SALOMON CARTE DE L'EXODE

Cliquer sur la carte pour l’agrandir  

2/L’ARCHE D’ALLIANCE

L’Arche fut construite au pied du mont Horeb, dans le Sinaï, pour conserver les tables de la loi gravées par Moïse et dictées par Dieu. Moïse reçut, en outre, les instruction pour sa fabrication *1 et c’est Bezaleel *2 à qui revint la construction. L’Arche est un parallélépipède rectangle en bois d’acacia et recouverte d’or à l’extérieur comme à l’intérieur de 135 cm (2 coudées ½)  de long, 81 cm (1 coudée ½) de large et 81 cm (1 coudée ½) de haut *3, ayant un propitiatoire *4 sur lequel repose deux chérubins d’or *5  qui se font face et qui aurait contenu la verge fleurie d’Aaron, les deux tables de la loi ainsi qu’un bol de manne *6.  Or, on se souvient que Moïse naquit et fût éduqué comme un prince de sang  sur la terre d’Égypte. C’est donc, en examinant le trésor de Toutankhamon, que nous aurons les représentations les plus proches de ce que pouvait être l’Arche d’Alliance et de ses chérubins. Doué d’étranges pouvoirs *7, l’Arche d’Alliance était, en quelque sorte, un trône, la chaise à porteur de Dieu

 Notes :

*1-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXV. 1-22 : « […] 1. L’Éternel parla à Moïse, et dit: 2. Parle aux enfants d’Israël. Qu’ils m’apportent une offrande; vous la recevrez pour moi de tout homme qui la fera de bon coeur. 3. Voici ce que vous recevrez d’eux en offrande: de l’or, de l’argent et de l’airain; 4. des étoffes teintes en bleu, en pourpre, en cramoisi, du fin lin et du poil de chèvre; 5. des peaux de béliers teintes en rouge et des peaux de dauphins; du bois d’acacia; 6. de l’huile pour le chandelier, des aromates pour l’huile d’onction et pour le parfum odoriférant; 7. des pierres d’onyx et d’autres pierres pour la garniture de l’éphod et du pectoral. 8. Ils me feront un sanctuaire, et j’habiterai au milieu d’eux. 9. Vous ferez le tabernacle et tous ses ustensiles d’après le modèle que je vais te montrer. 10. Ils feront une arche de bois d’acacia, sa longueur sera de deux coudées et demie, sa largeur d’une coudée et demie, et sa hauteur d’une coudée et demie. 11. Tu la couvriras d’or pur, tu la couvriras en dedans et en dehors, et tu y feras une bordure d’or tout autour. 12. Tu fondras pour elle quatre anneaux d’or, et tu les mettras à ses quatre coins, deux anneaux d’un côté et deux anneaux de l’autre côté. 13. Tu feras des barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’or. 14. Tu passeras les barres dans les anneaux sur les côtés de l’arche, pour qu’elles servent à porter l’arche; 15. les barres resteront dans les anneaux de l’arche, et n’en seront point retirées. 16. Tu mettras dans l’arche le témoignage, que je te donnerai. 17. Tu feras un propitiatoire d’or pur; sa longueur sera de deux coudées et demie, et sa largeur d’une coudée et demie. 18. Tu feras deux chérubins d’or, tu les feras d’or battu, aux deux extrémités du propitiatoire; 19. fais un chérubin à l’une des extrémités et un chérubin à l’autre extrémité; vous ferez les chérubins sortant du propitiatoire à ses deux extrémités. 20. Les chérubins étendront les ailes par-dessus, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et se faisant face l’un à l’autre; les chérubins auront la face tournée vers le propitiatoire. 21. Tu mettras le propitiatoire sur l’arche, et tu mettras dans l’arche le témoignage, que je te donnerai. 22. C’est là que je me rencontrerai avec toi; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l’arche du témoignage, je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d’Israël […] ».

*2-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 1-9 : « […] 1. Betsaleel fit l’arche de bois d’acacia; sa longueur était de deux coudées et demie, sa largeur d’une coudée et demie, et sa hauteur d’une coudée et demie. 2. Il la couvrit d’or pur en dedans et en dehors, et il y fit une bordure d’or tout autour. 3. Il fondit pour elle quatre anneaux d’or, qu’il mit à ses quatre coins, deux anneaux d’un côté et deux anneaux de l’autre côté. 4. Il fit des barres de bois d’acacia, et les couvrit d’or. 5. Il passa les barres dans les anneaux sur les côtés de l’arche, pour porter l’arche. 6. Il fit un propitiatoire d’or pur; sa longueur était de deux coudées et demie, et sa largeur d’une coudée et demie. 7. Il fit deux chérubins d’or; il les fit d’or battu, aux deux extrémités du propitiatoire, 8. un chérubin à l’une des extrémités, et un chérubin à l’autre extrémité; il fit les chérubins sortant du propitiatoire à ses deux extrémités. 9. Les chérubins étendaient les ailes par-dessus, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et se regardant l’un l’autre; les chérubins avaient la face tournée vers le propitiatoire […] ».

*3- Coudée Royale   LE TEMPLE DE SALOMON COUDEE ROYALE

Représentation de la coudée royale égyptienne attribuée à Aménophis Ier (1559-1538 av. J.-C., XVIIIe dynastie dessin tiré de l’original au Musée du Louvre). Les Égyptiens ont défini le « double remen » comme unité de longueur égale à la diagonale d’un carré dont le côté a pour longueur la coudée royale (environs 54 cm à ne pas confondre avec la petite coudée de 45 cm)

*4-cf. Couvercle de l’Arche d’Alliance : Qui est destiné à rendre la divinité propice; qui est offert en propitiation, pour la rémission des péchés.

*5-Chérubin vient de l’hébreu « Kerubim » (pl. Kerub) mais ce mot est aussi utilisé dans certaines langues sémito-chamitiques et négro-africaines parlées en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique. Au Kenya, par exemple, « Karibu » ou « Karibuni » marque l’accueil ou la bienvenue, c’est une invitation à s’asseoir.

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Ezéchiel I. 5-11 : « […] 5. Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l’aspect avait une ressemblance humaine. 6. Chacun d’eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes.7. Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds était comme celle du pied d’un veau, ils étincelaient comme de l’airain poli. 8. Ils avaient des mains d’homme sous les ailes à leurs quatre côtés; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. 9. Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre; ils ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi. 10. Quand à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d’homme, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de boeuf à gauche, et tous quatre une face d’aigle.11. Leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut; deux de leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre, et deux couvraient leurs corps […]

LE TEMPLE DE SALOMON ANUBISLe dieu Anubis sur son piédestal portatif (musée du Caire)

La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 1-5 : « […] 1. Betsaleel fit l’arche de bois d’acacia; sa longueur était de deux coudées et demie, sa largeur d’une coudée et demie, et sa hauteur d’une coudée et demie. 2. Il la couvrit d’or pur en dedans et en dehors, et il y fit une bordure d’or tout autour. 3. Il fondit pour elle quatre anneaux d’or, qu’il mit à ses quatre coins, deux anneaux d’un côté et deux anneaux de l’autre côté. 4. Il fit des barres de bois d’acacia, et les couvrit d’or. 5. Il passa les barres dans les anneaux sur les côtés de l’arche, pour porter l’arche […] ».

LE TEMPLE DE SALOMON CHERUBINS

Couvercle de miroir avec ses deux divinités ailées (de gauche à droite) Nephtys  et Isis protégeant la titulature de Toutankhamon « Nebkhéperou-Rê » et le pilier « Djed » (musée du Caire)

La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 9 : « […] Les chérubins étendaient les ailes par-dessus, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et se regardant l’un l’autre […] ».

LE TEMPLE DE SALOMON ARCHE D'ALLIANCE

 Une des nombreuses représentations de l’Arche d’Alliance et de ses deux chérubins

*6- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres XVII. 8-10 : « […] 8. Le lendemain, lorsque Moïse entra dans la tente du témoignage, voici, la verge d’Aaron, pour la maison de Lévi, avait fleuri, elle avait poussé des boutons, produit des fleurs, et mûri des amandes. 9. Moïse ôta de devant l’Éternel toutes les verges, et les porta à tous les enfants d’Israël, afin qu’ils les vissent et qu’ils prissent chacun leur verge. 10. L’Éternel dit à Moïse: Reporte la verge d’Aaron devant le témoignage, pour être conservée comme un signe pour les enfants de rébellion, afin que tu fasses cesser de devant moi leurs murmures et qu’ils ne meurent point […] ».

 -cf. La Sainte Bible in « Nouveau Testament »-Épître aux Hébreux, IX. 4: « […] 4. […] et l’arche de l’alliance, entièrement recouverte d’or. Il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance […] ».

*7-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel, VI. 6,7: « […]  6. Lorsqu’ils furent arrivés à l’aire de Nacon, Uzza étendit la main vers l’arche de Dieu et la saisit, parce que les boeufs la faisaient pencher.7. La colère de l’Éternel s’enflamma contre Uzza, et Dieu le frappa sur place à cause de sa faute. Uzza mourut là, près de l’arche de Dieu […] ».

 3/LA TENTE D’ASSIGNATION & LES ACCESSOIRES DU CULTE

L’entrée du Lieu Saint était  toujours située à l’Est, une fois les piliers érigés et la clôture de toile fermement fixée. Les Merarites *1 dressaient les châssis, les planches, les entretoises et les neuf piliers, le tout couverts d’or, de la Tente d’Assignation. Celle-ci enfin montée, elle recevait les objets cultuels et les Kehathites *2 plaçaient, en dernier dans le Saint des Saints, l’Arche d’Alliance.

LE TEMPLE DE SALOMON TENTE D'ASSIGNATION

 Cliquer sur l’image pour l’agrandir 

Le Parvis est clôturée par un mur de toile de lin de  50 coudées de large sur 100 coudées de long. Cette enceinte de toile de lin est accrochée par des agrafes d’argent sur des poteaux de 5 coudées de haut, lesquels s’encastrent dans de lourdes bases en bronze. Comme déjà dit, l’entrée du Parvis, située à l’Est, est munie d’une portière de lin blanc, brodée de bleu, de pourpre et d’écarlate. La courtine extérieure, le rideau du Saint des Saints, qui marquent les accès sacrés de la Tente d’Assignation, sont également situés à l’Est et sont de couleurs et de factures identiques. La tente d’Assignation *3  est recouverte de quatre couvertures (de l’intérieur vers l’extérieur) :  

1. Couverture en lin blanc                                                                     

-2. Couverture en poils de chèvres  

-3. Couverture en peaux de béliers teintes en rouge  

-4. Couverture en peaux de dauphins

La tente est séparée en deux parties par des rideaux qui cachent, du regard des curieux, le Grand Prêtre officiant :

1- Le Saint des Saints abritant l’Arche d’Alliance dont le voile de séparation est blanc, pourpre, cramoisi, bleu de fin lin retors *4.                             

Ces couleurs symbolisant, peut-être, pour le blanc la pureté et la sainteté du lieu, pour le pourpre la royauté, pour le cramoisi le sang sacrificiel et pour le bleu l’Empire des Cieux.  

2-Le Saint abritant le mobilier cultuel.

Le livre de l’Exode nous donne en détails les spécificités du mobilier cultuel présent sous la tente d’assignation et qui sont :

-L’Autel des parfums *5, portatif et carré est conçu en bois d’acacia recouvert d’or, il est muni de cornes aux quatre coins et il est placé face au rideau qui cache l’Arche d’Alliance. Selon la tradition, aucun encens étranger n’y sera brûlé. La composition de l’encens *6 qui y est brûlé pour rendre le culte nous est indiquée dans la Bible et sa fumée devait s’élever dans une colonne bien droite.

LE TEMPLE DE SALOMON AUTEL DES PARFUMS

-La Menora *7, le chandelier à sept branches, pourrait être l’unique source de lumière illuminant le sanctuaire. La tente est obscure et toutes ses ouvertures sont occultées par d’épaisses tentures. Ses sept lampes remplies d’huile consacrée symbolisent, peut être, la Lumière Divine éclairant le chemin de la vérité

 

LE TEMPLE DE SALOMON MENORA

Ménora visible sur l’Arc de Titus à Rome

-La Table des pains de proposition*8

LE TEMPLE DE SALOMON TABLE DES PAINS DE PROPOSITION

-La Cuve d’airain pour les ablutions, provenant de la fonte des miroirs des femmes *9, est placée sur le parvis entre la tente d’assignation et l’autel des holocaustes. Il n’y a pas, à ma connaissance, de description précise de cet objet du culte, c’est seulement son usage pour les ablutions des sacrificateurs, qui devaient se laver mains et pieds avant de pénétrer dans la Tente d’Assignation, qui nous est connu. Plus tard, sur le Parvis du Temple de Salomon elle sera appelée mer d’airain.

LE TEMPLE DE SALOMON BASSIN EN BRONZE

 Bassin, en bronze, décorée de grenades-
Ugarit, XVe-XIVe siècle avant J.- C.

-L’Autel du désert *10, portatif et carré est conçu en bois d’acacia recouvert de bronze, il est muni de cornes aux quatre coins *11. Ce sont ces cornes qui serviront à attacher l’animal donné en sacrifice. Les instruments utilisés durant les rituels sont, pour la plupart, fabriquée en bronze *12.

LE TEMPLE DE SALOMON AUTEL DES PARFUMS

Notes :

*1-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres III. 36-37 : « […]  36. On remit à la garde et aux soins des fils de Merari les planches du tabernacle, ses barres, ses colonnes et leurs bases, tous ses ustensiles et tout ce qui en dépend; 37. les colonnes du parvis tout autour, leurs bases, leurs pieux et leurs cordages.

*2-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres X. 21 : « […] 21. Les Kehathites partirent, portant le sanctuaire; et l’on dressait le tabernacle en attendant leur arrivée.

*3-Les termes hébreux pour le désigner sont « Mishkan » (ןכשמ), c’est-à-dire la Maison, ou Tente d’Assignation ou « Ohel Moed » (דעומ להוא), c’est-à-dire Tente de la Rencontre, lieu de culte mobile depuis la remise à Moïse au Sinaï des Tables de le Loi. Les dimensions de la Tente d’Assignation dont l’entrée se fait  à l’Est sont les suivantes : Saint des Saints : 10 coudées x 10 coudées x 10 coudées -Saints : 10 coudées x 20 coudées x 10 coudées -Parvis, Lieu Saint ou Cour du Tabernacle : 50 coudées x 100 coudées entouré d’une clôture de 5 coudées de haut en rideaux

*4-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVI. 31-33 : « […] 31. Tu feras un voile bleu, pourpre et cramoisi, et de fin lin retors; il sera artistement travaillé, et l’on y représentera des chérubins. 32. Tu le mettras sur quatre colonnes d’acacia, couvertes d’or; ces colonnes auront des crochets d’or, et poseront sur quatre bases d’argent. 33. Tu mettras le voile au-dessous des agrafes, et c’est là, en dedans du voile, que tu feras entrer l’arche du témoignage; le voile vous servira de séparation entre le lieu saint et le lieu très saint.

*5-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXX. 1-5, 7-8 : « […] 1. Tu feras un autel pour brûler des parfums, tu le feras de bois d’acacia; 2. sa longueur sera d’une coudée, et sa largeur d’une coudée; il sera carré, et sa hauteur sera de deux coudées. Tu feras des cornes qui sortiront de l’autel. 3. Tu le couvriras d’or pur, le dessus, les côtés tout autour et les cornes, et tu y feras une bordure d’or tout autour. 4. Tu feras au-dessous de la bordure deux anneaux d’or aux deux côtés; tu en mettras aux deux côtés, pour recevoir les barres qui serviront à le porter. 5. Tu feras les barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’or […] 7. Aaron y fera brûler du parfum odoriférant; il en fera brûler chaque matin, lorsqu’il préparera les lampes; 8. il en fera brûler aussi entre les deux soirs, lorsqu’il arrangera les lampes. C’est ainsi que l’on brûlera à perpétuité du parfum devant l’Éternel parmi vos descendants […] ».

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXX. 6 : « […] 6. Tu placeras l’autel en face du voile qui est devant l’arche du témoignage, en face du propitiatoire qui est sur le témoignage, et où je me rencontrerai avec toi […] ».  

*6-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXX. 34-37 : « […] 34. L’Éternel dit à Moïse: Prends des aromates, du stacté*a, de l’ongle odorant*b, du galbanum*c, et de l’encens pur*d, en parties égales. 35. Tu feras avec cela un parfum composé selon l’art du parfumeur; il sera salé, pur et saint. 36. Tu le réduiras en poudre, et tu le mettras devant le témoignage, dans la tente d’assignation, où je me rencontrerai avec toi. Ce sera pour vous une chose très sainte. 37. Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions; vous le regarderez comme saint, et réservé pour l’Éternel […] ». *a-Le stacté : désigne la larme de résine odoriférante recueillie sur l’écorce d’un arbre. L’arbre à myrrhe, le cannelier, le styrax ou aliboufier (cat. Benjoin & plante ressemblant à l’oranger). *b-Ongle odorant : il s’agit peut-être de l’opercule du strombe, coquillage de la même famille que le murex et dont le parfum se diffuse par combustion. *c-Galbanum : provient d’un ombellifère qu’on trouve en Perse, de la famille des fenouils (ferula gummosa) proche parente de l’assa foetida (utilisée en cuisine). Sa résine laiteuse, issue de l’incision des tiges, présente lorsqu’on la brûle, une odeur forte, âcre, évoquant l’odeur de la mort (utilisée comme base dans beaucoup de parfums). *d-Encens pur : larme de résine blanche et odoriférante recueillie sur l’écorce du Boswellia Floribonda, que l’on trouve au Yemen, en Arabie et dans la Corne de l’Afrique. Pilé très fin, il développe son parfum en étant placé au dessus de charbons ardents. Sa fumée d’un blanc pur monte droit au ciel.

*7-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXV. 31-38 :  « […] 31. Tu feras un chandelier d’or pur; ce chandelier sera fait d’or battu; son pied, sa tige, ses calices, ses pommes et ses fleurs seront d’une même pièce. 32. Six branches sortiront de ses côtés, trois branches du chandelier de l’un des côtés, et trois branches du chandelier de l’autre côté. 33. Il y aura sur une branche trois calices en forme d’amande, avec pommes et fleurs, et sur une autre branche trois calices en forme d’amande, avec pommes et fleurs; il en sera de même pour les six branches sortant du chandelier. 34. Á la tige du chandelier, il y aura quatre calices en forme d’amande, avec leurs pommes et leurs fleurs. 35. Il y aura une pomme sous deux des branches sortant de la tige du chandelier, une pomme sous deux autres branches, et une pomme sous deux autres branches; il en sera de même pour les six branches sortant du chandelier. 36. Les pommes et les branches du chandelier seront d’une même pièce: il sera tout entier d’or battu, d’or pur. 37. Tu feras ses sept lampes, qui seront placées dessus, de manière à éclairer en face. 38. Ses mouchettes et ses vases à cendre seront d’or pur […] ».

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Lévitique XXIV. 1-4 : « […] 1. L’Éternel parla à Moïse, et dit : 2. Ordonne aux enfants d’Israël de t’apporter pour le chandelier de l’huile pure d’olives concassées, afin d’entretenir les lampes continuellement. 3. C’est en dehors du voile qui est devant le témoignage, dans la tente d’assignation, qu’Aaron la préparera, pour que les lampes brûlent continuellement du soir au matin en présence de l’Éternel. C’est une loi perpétuelle pour vos descendants. 4. Il arrangera les lampes sur le chandelier d’or pur, pour qu’elles brûlent continuellement devant l’Éternel […] ».

*8-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXV. 23-30 :  « […] 23. Tu feras une table de bois d’acacia; sa longueur sera de deux coudées, sa largeur d’une coudée, et sa hauteur d’une coudée et demie. 24. Tu la couvriras d’or pur, et tu y feras une bordure d’or tout autour. 25. Tu y feras à l’entour un rebord de quatre doigts, sur lequel tu mettras une bordure d’or tout autour. 26. Tu feras pour la table quatre anneaux d’or, et tu mettras les anneaux aux quatre coins, qui seront à ses quatre pieds. 27. Les anneaux seront près du rebord, et recevront les barres pour porter la table. 28. Tu feras les barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’or; et elles serviront à porter la table. 29.  Tu feras ses plats, ses coupes, ses calices et ses tasses, pour servir aux libations; tu les feras d’or pur. 30.  Tu mettras sur la table les pains de proposition continuellement devant ma face.

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Lévitique XXIV. 5-8 : « […] 5. Tu prendras de la fleur de farine, et tu en feras douze gâteaux; chaque gâteau sera de deux dixièmes. 6. Tu les placeras en deux piles, six par pile, sur la table d’or pur devant l’Éternel. 7. Tu mettras de l’encens pur sur chaque pile, et il sera sur le pain comme souvenir, comme une offrande consumée par le feu devant l’Éternel. 8. Chaque jour de sabbat, on rangera ces pains devant l’Éternel, continuellement : c’est une alliance perpétuelle qu’observeront les enfants d’Israël.

*9-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXX. 18-19 : « […] 18.  Tu feras une cuve d’airain, avec sa base d’airain, pour les ablutions; tu la placeras entre la tente d’assignation et l’autel, et tu y mettras de l’eau, 19. avec laquelle Aaron et ses fils se laveront les mains et les pieds.

*  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXXVIII. 8: « […] 8.  Il fit la cuve d’airain, avec sa base d’airain, en employant les miroirs des femmes qui s’assemblaient à l’entrée de la tente d’assignation.

*10-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 1, 4-7 : « […]  1 Tu feras l’autel de bois d’acacia; sa longueur sera de cinq coudées, et sa largeur de cinq coudées. L’autel sera carré, et sa hauteur sera de trois coudée […] 4. Tu feras à l’autel une grille d’airain, en forme de treillis, et tu mettras quatre anneaux d’airain aux quatre coins du treillis. 5. Tu le placeras au-dessous du rebord de l’autel, à partir du bas, jusqu’à la moitié de la hauteur de l’autel. 6. Tu feras des barres pour l’autel, des barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’airain. 7.  On passera les barres dans les anneaux; et les barres seront aux deux côtés de l’autel, quand on le portera […] ». 

*11-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 2: « […] 2. Tu feras, aux quatre coins, des cornes qui sortiront de l’autel; et tu le couvriras d’airain […] ».    

 * -cf. W. Robertson Smith, M.A., LL. D. –Professor of Arabic in the University of Cambridge in «Religions of the Semites»-London Adam and Charles Black 1 894:-p.341-Note 2: « […] Supra, p.202 […] the festal victim is bound with cords to the horns of the altar, a relic of ancient usage which was no longer intelligible to the Septuagint translators or to the Jewish traditional expositors […] ».

*12-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVII. 3 : « […] 3. Tu feras pour l’autel des cendriers, des pelles, des bassins, des fourchettes et des brasiers; tu feras d’airain tous ses ustensiles […] ».

4/AVANT LA CONSTRUCTION DU TEMPLE

Comme dit précédemment, les hébreux étaient  pasteurs nomades. Quand ils pénétrèrent dans la « Terre Promise », après avoir affronté bien des vicissitudes, depuis le désastre de Silo *1, l’Arche d’Alliance fut entreposé, dans la maison d’Abinadab*2,aenabordure du pays philistin *3. Déjà, pour bâtir sa cité et la fortifier, David fit appel au roi de Tyr*4 pour lui fournir ouvriers et matériaux de construction *5. Dès que les travaux furent achevés, David ramena l’Arche d’Alliance à Jérusalem. Le retour de l’Arche se fit en deux étapes et c’est après avoir séjourné trois mois dans la maison d’Obed-Edom de Gat*6, qu’elle entra enfin à Jérusalem au milieu de cris de joies *7. Puis, les réjouissances terminées et après avoir sacrifié à l’Éternel, le roi retournant à son palais, fit entreposer l’Arche sous une tente *8.  Aussi, pour que Jahvé ait son sanctuaire, il faudra attendre l’avènement de Salomon.     

Notes :

*1- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-I Samuel, IV. 2, 3: « […] 2. Les Philistins se rangèrent en bataille contre Israël, et le combat s’engagea. Israël fut battu par les Philistins, qui tuèrent sur le champ de bataille environ quatre mille hommes.  3. Le peuple rentra au camp, et les anciens d’Israël dirent: Pourquoi l’Éternel nous a-t-il laissé battre aujourd’hui par les Philistins ? Allons chercher à Silo l’arche de l’alliance de l’Éternel; qu’elle vienne au milieu de nous, et qu’elle nous délivre de la main de nos ennemis […] ».

*2-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-I Samuel, VII. 1: « […] 1. Les gens de Kirjath Jearim * vinrent, et firent monter l’arche de l’Éternel; ils la conduisirent dans la maison d’Abinadab, sur la colline, et ils consacrèrent son fils Éléazar pour garder l’arche de l’Éternel […] ». 

* – Kiryat Ye’arim (Ville des bois) située à 10 km. de Jérusalem Ouest

*3-Peuples de la Mer

*4-Il s’agit certainement d’Abibaal père d’Hiram I°, qui lui est un contemporain du roi Salomon (968 à 935 av. J.-C.)

*5-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel, V. 11 : « […] 11. Hiram, roi de Tyr, envoya des messagers à David, et du bois de cèdre, et des charpentiers et des tailleurs de pierres, qui bâtirent une maison pour David […] ».                     

*6-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel, VI. 11: « […] 11.  L’arche de l’Éternel resta trois mois dans la maison d’Obed Édom de Gath, et l’Éternel bénit Obed Édom et toute sa maison […] ». 

*7- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel, VI. 5: « […] 5.  David et toute la maison d’Israël jouaient devant l’Éternel de toutes sortes d’instruments de bois de cyprès, des harpes, des luths, des tambourins, des sistres et des cymbales […] ».

*8- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel, VI. 17: « […] 17. Après qu’on eut amené l’arche de l’Éternel, on la mit à sa place au milieu de la tente que David avait dressée pour elle; et David offrit devant l’Éternel des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces […] ».

5/ Á QUELLE DATE AURAIT ÉTÉ CONSTRUIT LE TEMPLE DE SALOMON ?

Si l’on veut étudier en détail l’analogie qui existe entre le récit que a nous fourni la Bible et l’histoire du Moyen-Orient, telle que  prouvée par l’archéologie, nous constatons qu’il y a peu de corrélation entre la chronologie biblique et la chronologie officielle. Ainsi, le roi Salomon, lui-même, ne sort pas indemne des publications archéologiques.  Difficile de croire à ces édifices fabuleux  que la Bible accorde au roi, on n’a malheureusement trouvé aucun indice décisif. La Sainte Bible nous dit I Rois VI : « […] 1. Ce fut la quatre cent quatre-vingtième année après la sortie des enfants d’Israël du pays d’Égypte que Salomon bâtit la maison à l’Éternel, la quatrième année de son règne sur Israël, au mois de « Ziv » *1, qui est le second mois […] ». Il existe peu de traces écrites sur l’époque archaïque du Royaume d’Israël, de plus, les archéologues sont en désaccords sur la chronologie des règnes de David et de Salomon. Ainsi, il semble raisonnable d’estimer que Le Roi Salomon aurait pu monter sur trône vers 960 av. J.-C. C’est donc vers cette période, que débuterait la construction du Premier Temple et qui se termina après sept années de travaux : cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- I Rois VI « […] 38. et la onzième année, au mois de Bûl *2, qui est le huitième mois, la maison fut achevée dans toutes ses parties et telle qu’elle devait être. Salomon la construisit dans l’espace de sept ans […] ».

Notes :                                                                    

*1- L‘année du temps de la construction du Temple, avant la captivité des Hébreux à Babylone,  comportait douze mois lunaires. Les mois étaient numérotés et seuls quatre noms de ces mois sont rapportés par la Bible : « Abib » (premier mois), « Ziv » (deuxième mois), « Ethanim » (septième mois) et « Bul » (huitième mois). « Ziv » veut, peut-être, dire en araméen lumière et « Zohar » en hébreux « mois du rayonnement ». Il correspond au mois d’«Iyar» (avril-mai) selon le calendrier hébraïque et en Égypte aux mois de « Payni » et d’«Épiphi » (en Shémou).

*2- « Bûl » veut peut-être dire « au ciel », le mot serait composé de trois termes hébreux: יהּ Yah, « Je suis », בּעל Bûl, « au Ciel », און On, « en force ». Il correspond au mois de Tishri (octobre-novembre) selon le calendrier hébraïque.

6/LE SITE

Jérusalem, « la cité aux sept montagnes »*1, a été érigée, pour des raisons évidentes de défense en cas d’attaque, sur un relief pentu, sillonné par de profondsadéfilés. Le Mont Moriah, qui n’est pas le sommet le plus élevé *2, semble avoir été choisi, à l’origine, par les jébuséens *3  pour pratiquer leur culte car il faisait face au mont des Oliviers, le plus haut sommet des environs. C’est donc, sans surprise, que le Temple de Jérusalem fut bâti à cet endroit.

 

LE TEMPLE DE SALOMON TOPOGRAPHIE DU SITE

Cliquer sur la carte pour l’agrandir 

Notes :

*1- Si l’on débute par le Mont des Oliviers, juste à l’est de la Cité principale de Jérusalem (mais encore reconnu comme étant situé dans les environs de Jérusalem), il y a trois sommets à ce Mont des Oliviers. Le sommet (montagne) nord s’appelle Scopus [première montagne], le sommet (montagne) central s’appelle Nob [deuxième montagne] et c’est le point le plus élevé du Mont des Oliviers, et le sommet (montagne) sud s’appelle dans les Saintes Écritures le Mont de la Corruption ou la Montagne de Perdition (II Rois XXIII. 13) [troisième montagne]. Sur la crête centrale, entre les Vallées de Cédron et de Tyropoeon, il y avait (anciennement) au sud le Mont Sion [quatrième montagne] (le Mont Sion original et non pas la montagne au sud-ouest qui fut plus tard appelée de ce nom), puis le Mont Ophel [cinquième montagne] et ensuite, au nord de celui-ci, le Rocher autour duquel le « Fort Antonia » fut construit [sixième montagne]. Et, finalement, il y avait la montagne du sud-ouest elle-même [septième montagne] qui fut par la suite désignée, au temps de Simon d’Asmodée, comme le nouveau Mont Sion. Cela fait sept montagnes en tout.   

*2-cf. André Parrot in Cahier d’Archéologie Biblique n° 5 : « Le Temple de Jérusalem » – Éditions Delachaux & Niestlé 1 954 – Neuchâtel (Suisse) : « […] 1. Il n’est pas exclu que ce rocher ait été à l’origine le lieu sacrificiel d’un culte jébuséen […] ».

*3-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-II Samuel V. 6, 7, 8 : « […] 6. Le roi marcha avec ses gens sur Jérusalem contre les Jébusiens, habitants du pays. Ils dirent à David: Tu n’entreras point ici, car les aveugles mêmes et les boiteux te repousseront ! Ce qui voulait dire: David n’entreraApointAici. 7. Mais David s’empara de la forteresse de Sion: c’est la cité de David. 8. David avait dit en ce jour: Quiconque battra les Jébusiens et atteindra le canal, quiconque frappera ces boiteux et ces aveugles qui sont les ennemis de David…-C’est pourquoi l’on dit: L’aveugle et le boiteux n’entreront point dans la maison […] ».

7/LE TEMPLE

Même encore aujourd’hui, l’esplanade est d’une beauté à nulle autre pareille. Aussi, c’est en méditant sur cette splendeur passée que devait être ce lieu il y a un peu moins de trois mille ans, que l’on se dit : « Ici il se passe vraiment quelque chose » !                                                                                                                                  Concernant la construction du Premier Temple, l’Ancien Testament n’est pas avare de détails, pourtant et en dépit des informations qui nous sont révélées *1, établir un plan précis de ce premier Temple, entièrement détruit, s’avère être une tâche très difficile. La seule base de données sérieuses serait de comparer celui-ci avec les temples égyptiens ou phéniciens de la même période *2.

LE TEMPLE DE SALOMON L'ESPLANADE DU TEMPLE

                         L’esplanade du Temple vue du Mont Scopus   

Le terme hébreu pour désigner le mont du Temple ou le Mont Moriah * 3 est « Har Habayit » (המוריה). Même si pour beaucoup l’idée semble séduisante, j’écarterai volontairement toute corrélation ayant trait à une quelconque divine proportion ou en rapport avec les dimensions supposées de l’Arche d’Alliance…Ce ne seraient que de simples spéculations qu’historiquement et dans l’état actuel de nos connaissances, il serait impossible de prouver.  Cependant, les dimensions trapézoïdales du mont du Temple sont imposantes : 462 m à l’est, 491 m à l’ouest, 291 m au sud et 310 m au nord. Le Pinacle, « là où soufflent les trompes » * 4, le sommet du Temple, situé à la pointe sud-est de l’enceinte, s’érige à 90 m au dessus de la vallée du Cédron, il est visible  du Jardin de Gethsémani *5. Au cours des siècles, après les destructions successives de la ville en 70 ap.  J.-C. par Titus et en 132 ap. J.-C. par Hadrien, d’énormes quantités de débris, hauts de plusieurs mètres, s’entassaient sous les murailles de Jérusalem.  Ils furent déblayés récemment.

LE TEMPLE DE SALOMON CARTE DU MONT MORIAH

Le Mont Moriah à l’époque de Salomon

Cliquer sur la carte pour l’agrandir 

Déjà, en 1860 des fouilles furent entreprises par une équipe d’archéologues britanniques, sous la direction du Lieutenant Charles Warren. Les fouilleurs mirent à jour, au coin sud-est  sous l’esplanade aujourd’hui connue sous le nom d’ « Haram eš-Šherif » ( حرام الشريف ) les assises du « Pinacle » des Évangiles sur lesquelles étaient gravées des caractères archaïques qui les feraient dater du X°au XII° siècle av. J.-C. En 1 909, le capitaine anglais Montagüe Parker rencontre le finlandais, Valter Juvelius, spécialiste en études bibliques. Or, Valter Juvelius déclare avec autorité, que l’ensemble du mobilier cultuel du Temple serait entreposé sous l’esplanade des mosquées *6. Parker, aventurier britannique s’il en est, ayant réuni les sommes nécessaires auprès de ses amis et après avoir graissé bien des pattes, obtient le fameux « firman » turc pour pouvoir fouiller à sa guise. Accompagné par  un groupe d’amis, il se met en tête de découvrir ces trésors, qui, dit la légende, seraient enfouis dans un passage secret sous le  Mont Moriah.  Ayant réuni les sommes nécessaires auprès de ses relations, notre homme s’adjoint les services de deux ingénieurs des mines anglais et du très apprécié Père Louis-Hugues Vincent, de l’École biblique et archéologique  de Jérusalem. Hélas, l’histoire de l’archéologue débutant se termine d’une façon rocambolesque. En effet, le bruit provoqué par les fouilles alerte les musulmans et le capitaine anglais et ses amis quittent le pays dans la plus grande précipitation. Reste, qu’au cours de ces travaux d’excavations, le Père Vincent  déclare : « […] à 0, 915 m à l’est de l’angle se trouve un trou creusé dans le roc de 0, 305 m de diamètre et 0, 305 m de profondeur contenant une petite jarre en terre cuite […] à 1, 20 m au nord une cavité de 80 x 61 cm creusée en fer à cheval dans le roc contenait du bois carbonisé et un long clou rouillé, comme en en possède aujourd’hui quelques-uns retrouvés dans des fouilles du Moyen-Orient, accompagnés souvent de textes de fondation. Si le développement vers le nord reste daté de l’époque hérodienne, le sud de l’esplanade, relié à l’Ophel dès les premières occupations juives est bien contemporain du règne de Salomon […] ».

LE TEMPLE DE SALOMON DISPOSITION DU TEMPLE

«Le Temple de Jérusalem»- cf note*2-Les monuments Salomoniens-Esquisse de situation d’après Kurt Galling(Biblishes Reallexikon-fig.2-p. 11

Si pour les Judéo-Chrétiens, le Rocher (long de 18 m, large de 13 m et haut de 1, 60m), sur lequel Abraham pour plaire à Dieu,  voulut sacrifier son fils Isaac, est sacré il l’est aussi pour les musulmans qui le nomme « Sakhra »( الصخرة ), le Rocher. Recouvert d’Or, en 691 par Abd Al-Malik, le cinquième calife omeyyade, le « Dôme d’Or », improprement nommé la « Mosquée d’Omar », évoque le voyage céleste « Isra et Miraj » (voyage nocturne et échelle, ascension) de Mahomet sur la fantastique jument « Al-Buraq »*7. Enfin, le Rocher est-il sous l’emplacement de l’autel des Holocaustes ou sous l’emplacement du Saint ?

Compte tenu de l’importante surface prise par les parvis (cour des gentils, cour des femmes, des israélites et des prêtres), le Saint des Saints étant placé à l’ouest, contiguë au mur d’enceinte, l’autel des Holocaustes serait à l’est.   Toutefois, en prenant l’une ou l’autre hypothèse, la disposition du Temple varie alors d’une cinquantaine de mètres et l’on comprend alors pourquoi les juifs pieux s’abstiennent de monter sur l’esplanade de crainte de marcher sur le Saint des Saints. Considérons attentivement la haute portée symbolique*8 de la Pierre de Fondement, « Eben Shetiya » (דוסי ןבא), aussi appelé « Aire d’Ornan »*9, l’endroit même où, selon la transmission judéo-musulmane, Adam aurait été créé. L’idée me vient qu’ici  serait peut-être l’Omphalos de la Terre ou le « Tabur Ha-aretz » (ץראה רובט), la Porte du Ciel, l’axe réunissant le Ciel aux Enfers *10, l’emplacement idéal pour ériger l’autel des Holocaustes.

                        LE TEMPLE DE SALOMON LE ROCHERLe Rocher d’Abraham

Sous le Rocher, côté sud-est, accessible par un escalier, se trouve, une grotte dont la voûte communique, par un oculus, avec la surface. La tradition rapporte que tous les prophètes musulmans sont venus prier là. Aussi appelé « puit des âmes », il est dit que c’est dans cette grotte, deux fois par semaine, que se réuniraient les âmes des défunts en attente du « Jugement Dernier ».  Enfin et si mon hypothèse s’avérait exacte, cette grotte pourrait être le lieu où l’on venait prendre les cendres de la « vache rousse » pour les mélanger à l’eau puisée dans la piscine de Siloé afin de confectionner l’eau lustrale *11. Deux parvis, au moins, ceignaient le Temple, qui enserré au sud par palais appelé : Forêt du Liban, la salle hypostyle, la salle du trône et les appartements de la fille de Pharaon. Á l’image de la Tente d’Assignation et du sanctuaire de Taïnat, le Temple est tripartie, divisé par des portes dites « à tenailles » *12.

LE TEMPLE DE SALOMON LE SANCTUAIRE DE TAÏNAT

«Le Temple de Jérusalem»- cf note *2- sanctuaire de Taïnat-fig. 3-p. 14

Bien qu’on ne connaisse pas exactement la hauteur du Oulam, on sait que celle du Hekal était de 30 coudées et que celle du Débir était de 20 coudées *13.

-L’Oulam ou le Porche (équivalent des pylônes des temples égyptiens)  mesure 20 coudées de large sur 10 coudées de long.

-L’Hekal ou le Sanctuaire mesure 20 coudées de large sur 40 coudées de long. Faisant face au Débir, au milieu, brûle l’Autel des Parfums, de chaque côté sont disposés cinq chandeliers et tout comme dans la Tente d’Assignation, bien que son existence même soit mise en doute par certains commentateurs, la Ménorah disposée à gauche en entrant.

-Le Débir ou Saint des Saints mesure 20 coudées de large sur 20 coudées de long. Ici repose l’Arche d’Alliance, entouré de part et d’autre par deux monumentales statues en bois d’olivier, plaquées d’or, lesagardiennes du Naos. Ce sont des fabuleuses chimères, androcéphales, à corps de taureau ailé, affublé d’une crinière léonine *14. 

L’Homme étant la représentation de la Chute, le Taureau figurant le sacrifice, le Lion image du combat mène à l’Aigle qui, lui-même, est l’image de la résurrection. 

LE TEMPLE DE SALOMON CHERUBINS DU SAINT DES SAINTS

Taureau androcéphale – Palais de Sargon II – Vers 716av.J.-C. – Dur-Sharukin-Assyrie (Actuelle Khorsabad-Irak) – Musée du Louvre – Département des Antiquités Orientales

Le faîtage des murs du Temple est ceinturé par un mur acrotère probablement crénelé, le revêtement extérieur de la toiture pourrait être composé d’argile tassée, comme on peut le voir encore aujourd’hui dans les habitations nubiennes des environs d’Assouan  et dans l’Égypte Antique*15. Pour ce qui est de sa  structure, je la pense composée d’une couche entrelacées de branches de palmiers, le tout posé sur des entretoises en planches de cèdres qui sont soutenues par des poutres du même bois.

LE TEMPLE DE SALOMON PLAN DE MASSE

«  Le Temple de Jérusalem »- cf note *2- Le Temple de Salomon d’après Carl Watzinger-fig. 4-p. 15

Á noter que d’autres dimensions, sans doute exagérées *16, sont données dans les Chroniques et qu’il faut être extrêmement prudent dans la lecture de l’Ancien Testament et sur toutes les tentatives romantiques de reconstitutions qui ont été élaborées au début du XIX° ou du XX° siècle. Cependant, à titre spéculatif, je propose, ci-dessous, l’esquisse faite par l’archéologue allemand Carl Watzinger et publiée par André Parrot dans les Cahiers d’Archéologie Biblique n° 5 à la page 15. Aussi, en ce qui me concerne, c’est sans doute l’une des plus sérieuses études que je connaisse sur le sujet. Enfin, la Maison de YHWH était une construction parallélépipédique fort répandue à l’époque. Accolé au Temple et sur son pourtour, s’élevaient sur trois étages, toute une série de chambres et des magasins 17*. L’ensemble de l’édifice orienté est-ouest, étant bâti sur un belvédère, résultant, très certainement, d’un terrassement artificiel. Mais revenons au porche du Temple: Devant celui-ci se dressaient deux colonnes composites, campaniformes de bronze de 18 coudées, chacune surmontées d’une sorte de dais de 5 coudées de hauteur. Ce chapiteau galbé et campaniforme, d’un diamètre de 4 coudées, fait de torsades de bronze et de guirlandes de grenades*18, s’épanouissait en fleur de lys ou de lotus, le tout, dépassant, peut-être, une hauteur totale de vingt quatre coudées *19. Ces colonnes ne supportant rien, se nommaient respectivement : à droite au sud «Jakîn»  (Il [Jahvé] établira) et à gauche au nord « Boaz » (avec force).     

LE TEMPLE DE SALOMON BOAZ & JAQUIN

      Possible reconstitution d’une colonne d’airain imitant la fleur de lys

Mais ces explications, communément admises, ne me convenant pas totalement, je me permettrai de proposer une autre explication. En premier lieu, ces colonnes sont deux bornes permettant aux prêtres de calculer, avec exactitudes, les débuts du printemps et de l’automne *20

LE TEMPLE DE SALOMON ORIENTATION DES COLONNES

De plus, si on lit le mot « Boaz » de gauche à droite comme dans toute langue sémitique, « Boaz » deviendrait « Zoab » et « Jakin »adeviendraita« Nikaj » *21. Á noter que dans l’initiation au premier degré, le Rite Écossais Rectifié ne s’y est pas trompé. La loge se formant dans l’Oulam, le Vénérable Maître étant adossé au Saint, face à l’Est, « le mot du grade » est Jakin, la colonne où tout apprenti reçoit son salaire. La colonne solaire « Boaz », placée à la gauche du Vénérable Maître, associée à la couleur bleue *22, contient le principe mâle et la colonne lunaire « Jakin », à sa droite, associée à la couleur rouge contient le principe femelle. Donc, « Boaz » la colonne des maîtres, serait la colonne qui féconde ou donne la connaissance, opposée à « Jakin », la colonne desa pprentis,  qui elle la reçoit.

 Notes :

*1-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I.VI-VII & Chroniques II. 3 – 4.

*2- cf. André Parrot in «  Le Temple de Jérusalem »-Cahiers d’Archéologie Biblique n° 5 – Delachaux & Niestlé S. A. – Neuchâtel – 1954-p. 13, 14 : « […] la reconstitution du Temple demeure en certains points problématique […] L’idéal serait de connaître un temple phénicien du X° siècle av. J.-C. mais aucun n’a réapparu. Aussi certains invoquent-ils le précédent du sanctuaire de Taïnat (fig.3), en Haute-Syrie entre Alep et Antioche, où l’on retrouve en effet la distribution tripartie et qui est du IX° siècle av. J.-C. […] sans pour cela négliger l’Egypte avec laquelle Salomon avait noué des relations d’autant plus étroites qu’une fille de Pharaon était entrée dans son harem […] ».

*3-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Chroniques II. 3-1, 2, 3 « […] 1. Salomon commença à bâtir la maison de l’Éternel à Jérusalem, sur la montagne de Morija, qui avait été indiquée à David, son père, dans le lieu préparé par David sur l’aire d’Ornan, le Jébusien. 2. Il commença à bâtir le second jour du second mois de la quatrième année de son règne. 3. Voici sur quels fondements Salomon bâtit la maison de Dieu. La longueur en coudées de l’ancienne mesure était de soixante coudées, et la largeur de vingt coudées […] ».

*4-cf. Simon Sebag Montefiore in « Jérusalem Biographie »-Livre de Poche 2013-p. 188 : « […] Les prêtres annonçaient le début des fêtes et le sabbat le vendredi soir en soufflant dans des trompes […] ».

*  – cf. La Sainte Bible in « Nouveau Testament »-Mat. IV. 5 : « […] 1. 5. Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple […] ».

*5-« Gethsémani » (גת שמנים) ou « pressoir à huile »

*6-cf. Flavius Josèphe in Antiquités Judaïques-Traduction de Julien Weill-Sous la direction de Théodore  Reinach Membre de l’Institut -1900-Ernest Leroux, éditeur – Paris LIVRE 14 - IV. 3-5 Prise du Temple (63 av. J.-C.). Règlement de la Judée par Pompée : « 4. […] De graves sacrilèges furent commis dans le sanctuaire, dont l’accès était jusque-là interdit et où nul ne pouvait porter les yeux : Pompée, avec une suite nombreuse, y pénétra ; ils virent tout ce qu’il est interdit de voir aux autres hommes, hors les seuls grands prêtres. Il y avait là la table d’or, les chandeliers sacrés *, des vases à libations, des quantités de parfums, sans compter, dans les caisses, environ deux mille talents composant le trésor sacré : Pompée ne toucha à rien, par piété, en quoi aussi il agit d’une manière digne de sa vertu. Le lendemain, après avoir fait nettoyer le Temple par les serviteurs et offrant à Dieu les sacrifices prescrits par la loi, il conféra la grande-prêtrise à Hyrcan […]». 

-Note de JMB : Peut-être une erreur de traduction ou de retranscription

*7-cf. Coran sourate XVII verset 1-Al Isra (الإسراء) : « […] Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur Mahomet, de la Mosquée Al Haram (Mosquée sacrée de la Mecque) à la Mosquée Al-Aqsa (Mosquée sacrée de Jérusalem ou Al Quds (القدس) dont Nous avons béni l’alentours, pour lui faire voir certaines de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant […] ».

*8-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Genèse XXII. 1-3 : « […] 1. Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit: Abraham! Et il répondit: Me voici ! 2. Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. 3. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit […] ».

*  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Genèse XXII. 12, 13 : « […] 12. L’ange dit: N’avance pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. 13. Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier, et l’offrit en holocauste à la place de son fils […] ».

*9-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Chroniques II. 3.1 : « […] 1.  Salomon commença à bâtir la maison de l’Éternel à Jérusalem, sur la montagne de Morija, qui avait été indiquée à David, son père, dans le lieu préparé par David sur l’aire d’Ornan, le Jébusien[…] ».

*10-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Genèse XXVIII. 16-18: « […]

16. Jacob s’éveilla de son sommeil et il dit: Certainement, l’Éternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas! 17. Il eut peur, et dit: Que ce lieu est redoutable! C’est ici la maison de Dieu, c’est ici la porte des cieux! 18. Et Jacob se leva de bon matin; il prit la pierre dont il avait fait son chevet, il la dressa pour monument, et il versa de l’huile sur son sommet […] ».

*11-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres XIX. 9, 17-19 : « […] 9. Un homme pur recueillera la cendre de la vache, et la déposera hors du camp, dans un lieu pur; on la conservera pour l’assemblée des enfants d’Israël, afin d’en faire l’eau de purification. C’est une eau expiatoire […] 17. On prendra, pour celui qui est impur, de la cendre de la victime expiatoire qui a été brûlée, et on mettra dessus de l’eau vive dans un vase. 18. Un homme pur prendra de l’hysope, et la trempera dans l’eau; puis il en fera l’aspersion sur la tente, sur tous les ustensiles, sur les personnes qui sont là, sur celui qui a touché des ossements, ou un homme tué, ou un mort, ou un sépulcre. 19. Celui qui est pur fera l’aspersion sur celui qui est impur, le troisième jour et le septième jour, et il le purifiera le septième jour. Il lavera ses vêtements, et se lavera dans l’eau; et le soir, il sera pur […] ».

*12-cf. cf. André Parrot in «  Le Temple de Jérusalem »-Cahiers d’Archéologie Biblique n° 5 – Delachaux & Niestlé S. A. – Neuchâtel – 1954 – p. 46.

*13-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I.VI. 2 -3 : « […] 2. La maison que le roi Salomon bâtit à l’Éternel avait soixante coudées de longueur, vingt de largeur, et trente de hauteur. 3. Le portique devant le temple de la maison avait vingt coudées de longueur répondant à la largeur de la maison, et dix coudées de profondeur sur la face de la maison […] ».

*14-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Rois I. VI. 23-28 : « […]

23. Il fit dans le sanctuaire deux chérubins de bois d’olivier sauvage, ayant dix coudées de hauteur. 24. Chacune des deux ailes de l’un des chérubins avait cinq coudées, ce qui faisait dix coudées de l’extrémité d’une de ses ailes à l’extrémité de l’autre. 25. Le second chérubin avait aussi dix coudées. La mesure et la forme étaient les mêmes pour les deux chérubins. 26. La hauteur de chacun des deux chérubins était de dix coudées. 27. Salomon plaça les chérubins au milieu de la maison, dans l’intérieur. Leurs ailes étaient déployées: l’aile du premier touchait à l’un des murs, et l’aile du second touchait à l’autre mur; et leurs autres ailes se rencontraient par l’extrémité au milieu de la maison. 28. Salomon couvrit d’or les chérubins […] ».

*  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Chroniques I. XIII. 6 : « […]  

6. Et David, avec tout Israël, monta à Baala, à Kirjath Jearim, qui est à Juda, pour faire monter de là l’arche de Dieu, devant laquelle est invoqué le nom de l’Éternel qui réside entre les chérubins […] ».

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Ézechiel X. 14 : « […] 14. Chacun avait quatre faces; la face du premier était une face de chérubin, la face du second une face d’homme, celle du troisième une face de lion, et celle du quatrième une face d’aigle.

*  -cf. Saint Irénée in « La Pensée Chrétienne Saint Irénée – par Albert Dufourcq – Professeur Adjoint à l’Université de Bordeaux-Docteur Ès Lettres » -Librairie Bloud & Cie. 4, rue Madame et rue de Rennes, 59 – 1905-Livre III-2. Examen approfondi du témoignage des Évangélistes sur l’unique vrai Dieu-l’Évangile tétramorphe : « […]En effet, puisqu’il existe quatre régions du monde dans lequel nous sommes et quatre vents principaux […]D’où il appert que le Verbe, Artisan de l’univers, qui siège sur les Chérubins et maintient toutes choses, lorsqu’il s’est manifesté aux hommes, nous a donné un Évangile à quadruple forme, encore que maintenu par un unique Esprit […] les Chérubins ont une quadruple figure […] « Le premier de ces vivants, est-il dit, est semblable à un lion », ce qui caractérise la puissance, la prééminence et la royauté du Fils de Dieu ; « le second est semblable à un jeune taureau», ce qui manifeste sa fonction de sacrificateur et de prêtre ; « le troisième a un visage pareil à celui d’un homme», ce qui évoque clairement sa venue humaine ; « le quatrième est semblable à un aigle qui vole » […]. »

* -cf. Œuvres de Saint Jérôme publiées par M. Benoît Matougues, sous la direction de M. L. Aimé-Martin à Paris chez Auguste Desrez, Imprimeur-Éditeur Rue Neuve des Petits Champs, N° 50 – p. 649,650 : « […] Et voici qu’au milieu du feu l’image de quatre animaux apparut et leur aspect fut dévoilé; ils (650) ressemblaient à des hommes […] ».

*15-cf.Vestiges du village des artiste, artisans et ouvriers de Deir el-Medineh- Égypte- (Thoutmosis Ier à Ramsès XI) : on aperçoit, au milieu d’une pièce principale d’habitation, les restes d’une colonne. Placée au centre de la salle, la colonne supportait, une toiture constituée de matériaux légers : bois et branches de palmiers.

*16-cf. Mario Liverani in « La Bible et l’invention de l’histoire-Histoire ancienne d’Israël »-Bayard, 2008

*   -cf. Jean-Marie Brunier in « La Stèle – Histoire de la colonie juive d’Égypte ou les recherches d’un Franc-Maçon » – Athor –Toulouse – 2010 p. 31, 38 : « […] Il est souvent admis que la rédaction de la Bible s’est faite assez tardivement, vers 622 av. J.-C. et durant les sévères réformes de Josias. Cette compilation pouvait, bien sûr, servir les ambitions politiques du roi *14, mais pas seulement. C’est, d’ailleurs, ce qui fait toute la puissance et la richesse des Textes Sacrés[…]*14- cf. Israël Finkelstein & Neil Asher Silberman in « La Bible dévoilée – Les Nouvelles Révélations de l’Archéologie »- Éditions Bayard 2 002 p. 27: « […] Nous soutiendrons les savants qui affirment que l’histoire deutéronomiste fut compilée, en grande partie sous le règne de Josias, afin de servir de fondement idéologique à des ambitions politiques et à des réformes religieuses particulières […] ».

*17-cf. Jean-Marie Brunier in « La Stèle-Histoire de la Colonie Juive d’Egypte ou les recherches d’un Franc-Maçon » – p. 151 : « […] Une des explications possibles est que nous avons là un « dépôt au temple » (depositio in aede), pratique courante dans l’Antiquité, les temples étant des lieux sûrs capables de protéger les objets précieux qui leur sont confiés, comme nos coffres-forts […] ».

*18-La grenade représenterait la fertilité, la bénédiction de la Terre Promise, c’est ainsi que l’on voit  400 grenades figurer aux sommets des deux colonnes « Boaz » et « Jakin », mais aussi  de nombreux décors sur des objets cultuel, comme la frange du manteau du grand-prêtre. ). Il est possible que son symbole de fertilité ou de bénédiction divine soit suggéré par la multitude de grains qu’elle renferme.

 *  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres XX. 5 : « […] 5. Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d’Égypte, pour nous amener dans ce méchant lieu? Ce n’est pas un lieu où l’on puisse semer, et il n’y a ni figuier, ni vigne, ni grenadier, ni d’eau à boire […] ».

 *   -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Rois I. VII. 42 : « […] 42. les quatre cents grenades pour les deux treillis, deux rangées de grenades par treillis, pour couvrir les deux bourrelets des chapiteaux sur le sommet des colonnes […] ».

 *   -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Rois II. XXV.17 : « […] 17. La hauteur d’une colonne était de dix-huit coudées, et il y avait au-dessus un chapiteau d’airain dont la hauteur était de trois coudées; autour du chapiteau il y avait un treillis et des grenades, le tout d’airain; il en était de même pour la seconde colonne avec le treillis […] ».

 *   -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Exode XXVIII. 33-34 : « […] 33.  Tu mettras autour de la bordure, en bas, des grenades de couleur bleue, pourpre et cramoisie, entremêlées de clochettes d’or: 34. une clochette d’or et une grenade, une clochette d’or et une grenade, sur tout le tour de la bordure de la robe […] ».

*19-cf. André Parrot in «  Le Temple de Jérusalem »-Cahiers d’Archéologie Biblique n° 5 – Delachaux & Niestlé S. A. – Neuchâtel – 1954 – p. 16, 17.

 *   -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I. VII. 15-22 : « […]15. Il fit les deux colonnes d’airain. La première avait dix-huit coudées de hauteur, et un fil de douze coudées mesurait la circonférence de la seconde. 16. Il fondit deux chapiteaux d’airain, pour mettre sur les sommets des colonnes; le premier avait cinq coudées de hauteur, et le second avait cinq coudées de hauteur. 17. Il fit des treillis en forme de réseaux, des festons façonnés en chaînettes, pour les chapiteaux qui étaient sur le sommet des colonnes, sept pour le premier chapiteau, et sept pour le second chapiteau. 18. Il fit deux rangs de grenades autour de l’un des treillis, pour couvrir le chapiteau qui était sur le sommet d’une des colonnes; il fit de même pour le second chapiteau. 19. Les chapiteaux qui étaient sur le sommet des colonnes, dans le portique, figuraient des lis et avaient quatre coudées. 20. Les chapiteaux placés sur les deux colonnes étaient entourés de deux cents grenades, en haut, près du renflement qui était au delà du treillis; il y avait aussi deux cents grenades rangées autour du second chapiteau. 21. Il dressa les colonnes dans le portique du temple; il dressa la colonne de droite, et la nomma Jakin; puis il dressa la colonne de gauche, et la nomma Boaz. 22. Il y avait sur le sommet des colonnes un travail figurant des lis. Ainsi fut achevé l’ouvrage des colonnes.

*20-cf. La Pâque juive a lieu, d’ordinaire, à l’occasion de la première pleine lune de l’équinoxe de printemps dans l’hémisphère nord, mais quatre ou cinq fois tous les dix neuf ans ans, elle a lieu à l’occasion de la deuxième pleine lune.

*21-cf. Drs Beugnies et Toutain in « La circoncision chez les Juifs et au Soudan »- Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV° Série, tome 8, 1897. pp. 164-181. « […] 2° L’hébreu « zob » [sépharade arg. « zbr » ( רבז )*], en arabe « zeub » (بز ) membre viril […] ».                                                         

*    -Note de J.-M. Brunier

*   -cf. Vocabulaire de l’Égypte Antique, l’action de faire l’amour  se dit «nwik» :

  LE TEMPLE DE SALOMON NWIK

 *  -cf. En arabe, l’action de faire l’amour  se dit «nikā » (نكاح  )                       

*22-cf. Dans l’antiquité, tout particulièrement chez les Égyptiens, qui utilisaient déjà le bleu * dans leurs fresques et en joaillerie la turquoise et le lapis-lazuli, le bleu symbolisait le souffle divin. Ce bleu, que j’ai rencontré si fréquemment dans les tombes des dignitaires de l’Égypte antique, reste encore aujourd’hui, après bien des millénaires, d’une étrange fraîcheur.                                                                                                                                                

*  -Note de J.-M. Brunier

8/LES QUATRE PARVIS DU TEMPLE

Le Temple n’était pas conçu pour que la foule des fidèles y puisse pénétrer, de plus, on s’en doute, il n’était pas bâti sur une grande esplanade vide. Comme nous savons que le culte se pratiquait, en partie, en plein air, un mobilier  et ses accessoires avaient été conçus dans le même esprit que ceux utilisés lors de l’exode. On comptait la présence de quatre Parvis :

1/Le  Parvis des  Prêtres, immédiatement à la sortie du Temple, était l’ultime niveau  de  sacralité. Il était réservé aux prêtres sans infirmité physique et en état de pureté rituelle, il était le lieu des sacrifices indiqué par l’existence d’un autel de bronze, attestée par la Bible, qui nous donne les dimensions précises d’un tel ouvrage *1. Compte tenu de sa hauteur (10 coudées), le brasier devait être accessible aux prêtres pour pouvoir y hisser les holocaustes, par des rampes et des marches disposées sur son pourtour. Ainsi, c’est dans mes diverses recherches et dans la description minutieuse que fait Ezechiel de cet autel en forme de ziggurat, que je puise mes sources *2.

2/ Le  Parvis d’Israël réservé  aux  hommes et  garçons  juifs  non  prêtres, sans rang ni office, en  état de pureté légale, leur permettait d’assister au culte du Temple. Il se situait au-dessus  du  Parvis  des  Femmes.

3/ Le  Parvis  des Femmes accueillait les femmes juives en  état de pureté rituelle, leur permettait d’assister au culte du Temple. Il se situait au-dessous  du  Parvis  des Hommes.

LE TEMPLE DE SALOMON AUTEL DES HOLOCAUSTES

L’autel des Holocaustes en forme de Ziggurat selon Ezéchiel et ses rampes d’accès

4/ Le  Parvis  des Gentils,  ou cour commune du Temple de Jérusalem étaient réservé aux non juifs (les gentils) qui désiraient s’approcher du lieu le plus sacré du judaïsme, sans toutefois pouvoir accéder à l’enceinte intérieure du Temple.

Á noter que le dans le Temple d’Hérode, un mur de clôture était érigé dans cette cour et portant sur son pourtour des stèles qui avertissait le visiteur ainsi :

« Qu’aucun étranger ne franchisse la balustrade et ne pénètre dans l’enceinte du Temple ; quiconque sera pris en infraction sera lui-même responsable de la mise à mort qui s’en suivra *3».

LE TEMPLE DE SALOMON ACCES INTERDIT AUX GENTILS

Accès interdit aux non Juifs in Revue Archéologique 1872 pl. X

 LE TEMPLE DE SALOMON PARVIS DU TEMPLE

Distribution des Parvis dans le Temple d’Hérode

Notes :

* 1-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Rois I. VIII. 64, IX. 25 : « […]  8.64. En ce jour, le roi consacra le milieu du parvis, qui est devant la maison de l’Éternel; car il offrit là les holocaustes, les offrandes, et les graisses des sacrifices d’actions de grâces, parce que l’autel d’airain qui est devant l’Éternel était trop petit pour contenir les holocaustes, les offrandes, et les graisses des sacrifices d’actions de grâces […] 9.25. Salomon offrit trois fois dans l’année des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces sur l’autel qu’il avait bâti à l’Éternel, et il brûla des parfums sur celui qui était devant l’Éternel. Et il acheva la maison […] ».

*   -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Chroniques II. IV. 1 : « […] 1Il fit un autel d’airain, long de vingt coudées, large de vingt coudées, et haut de dix coudées […] ».

* 2-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-  Ezéchiel XLIII.13-18 : « […] 13.  Voici les mesures de l’autel, d’après les coudées dont chacune était d’un palme plus longue que la coudée ordinaire. La base avait une coudée de hauteur, et une coudée de largeur; et le rebord qui terminait son contour avait un empan de largeur; c’était le support de l’autel. 14. Depuis la base sur le sol jusqu’à l’encadrement inférieur il y avait deux coudées, et une coudée de largeur; et depuis le petit jusqu’au grand encadrement il y avait quatre coudées, et une coudée de largeur. 15. L’autel avait quatre coudées; et quatre cornes s’élevaient de l’autel. 16. L’autel avait douze coudées de longueur, douze coudées de largeur, et formait un carré par ses quatre côtés. 17. L’encadrement avait quatorze coudées de longueur sur quatorze coudées de largeur à ses quatre côtés, le rebord qui terminait son contour avait une demi-coudée; la base avait une coudée tout autour, et les degrés étaient tournés vers l’orient. 18. Il me dit: Fils de l’homme, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel: Voici les lois au sujet de l’autel, pour le jour où on le construira, afin d’y offrir les holocaustes et d’y répandre le sang […] ».

-cf. Jean-Marie Brunier in « La Stèle – Histoire de la colonie juive d’Égypte ou les recherches d’un Franc-Maçon » – Athor –Toulouse – 2010 p. 57, 64 : « […]toutefois je remarquais les restes d’un curieux reposoir, on aurait dit une table sacrificielle avec ses cornes *3 […] W. Robertson Smith, M.A., LL. D. – Professor of Arabic in the University of Cambridge in «Religions of the Semites»-London Adam and Charles Black 1 894:-p.341- Note 2: « […] Supra, p.202 […] the festal victim is bound with cords to the horns of the altar, a relic of ancient usage which was no longer intelligible to the Septuagint translators or to the Jewish traditional expositors […] Bible-Lévitique: « […] 4.18-Il mettra du sang sur les cornes de l’autel qui est devant l’Éternel dans la tente d’assignation; et il répandra tout le sang au pied de l’autel des holocaustes, qui est à l’entrée de la tente d’assignation […] ».

*3-cf. Stèle trouvée en 1871 dans le mur d’une clôture cf. Clermont-Ganneaud in Revue Archéologique 1872 p. 214-216 1 pl. X : « […]  Quand on suit, à partir du Tariq-bdb-el-Amoûd, la rue considérée par la tradition chrétienne comme une section de la Voie douloureuse, on passe successivement (de l’ouest à l’est) devant l’hospice autrichien, sous l’arc romain dit de l’Ecce Homo, devant l’établissement des Dame de Sion, devant la caserne, le long de la face septentrionale du Haram (esplanade sacrée de la grande mosquée), entre l’église de Sainte-Anne et le Birket Isrâïl, et l’on aboutit à la porte Saint-Étienne, ou Bâb Sitti-llyriam, qui donne sur la vallée du Cédron. Lorsque, en prenant cette direction, on a laissé à main droite la caserne, et à main gauche une rue montante, perpendiculaire à la voie douloureuse, on s’engage sous une assez longue voûte ogivale, à l’extrémité de laquelle on remarque, à main droite, la porte Bâb-el-Atm, par où l’on a sur la mosquée d’Omar une merveilleuse échappée. A main gauche, et faisant face à cette porte, on voit, donnant sur un petit cimetière musulman, une sorte de baie grillée, pratiquée dans un mur construit en gros blocs à bossages (à forte projection) et flanqué d’une espèce de contrefort du même appareil. Le cimetière ne contient que quelques tombes de cheikhs morts en odeur de sainteté, et appartenant probablement à la Médrésé (école supérieure) qui s’élevait jadis derrière ce mur d’aspect si caractéristique […] Depuis bien longtemps, la Médrésé est veuve de professeurs et d’étudiants; elle tombe en ruines, et n’est plus habitée que par quelques pauvres familles musulmanes qui s’y sont installées tant bien que mal […] J’arrivai ainsi jusqu’à la Médrésé, où j’entrai, introduit par un des habitants […] puis je commençai, suivant la méthode qui m’a toujours réussi, à examiner de près, et pour ainsi dire bloc par bloc, les constructions adjacentes. Arrivé à la petite voûte faisant face au grand liwân, je découvris tout à coup, presque au ras du sol, deux caractères grecs gravés sur un bloc formant l’angle du mur sur lequel reposait la petite voûte: LE TEMPLE DE SALOMON Allogène 1C’était évidemment la fin d’une ligne qui s’enfonçait verticalement dans la terre. Frappé du bel aspect graphique de ces lettres, je commençai […]à gratter et creuser pour dégager quelques autres caractères. Après quelques minutes de travail, je vis apparaître un magnifique LE TEMPLE DE SALOMON Allogène 2de la belle époque classique, comme jamais il ne m’avait été donné d’en relever dans les inscriptions que j’avais découvertes jusqu’à ce jour à Jérusalem. Évidemment, j’avais affaire à un texte important par sa date, sinon par son contenu; je me remis à l’œuvre avec une ardeur facile à comprendre […] Je vis successivement apparaître les lettres El, dont la première, l’epsilon, confirmait la valeur épigraphique du LE TEMPLE DE SALOMON Allogène 2; puis le motLE TEMPLE DE SALOMON Allogène 3 *,  étranger, que je reconnus sur-le-champ. Ce mot me remit aussitôt en mémoire le passage de Josèphe qui parle d’inscriptions destinées à interdire aux Gentils l’accès duTemple […] ».

*  -Note de l’auteur : ΑΛΛΟΓΕΝΗ allogení, allogène

*  -cf. La Sainte Bible in « Nouveau Testament » Actes XXI. 27-31 : « […] 27 Sur la fin des sept jours, les Juifs d’Asie, ayant vu Paul dans le temple, soulevèrent toute la foule, et mirent la main sur lui, 28. en criant: Hommes Israélites, au secours! Voici l’homme qui prêche partout et à tout le monde contre le peuple, contre la loi et contre ce lieu; il a même introduit des Grecs dans le temple, et a profané ce saint lieu.  29. Car ils avaient vu auparavant Trophime d’Éphèse avec lui dans la ville, et ils croyaient que Paul l’avait fait entrer dans le temple. 30. Toute la ville fut émue, et le peuple accourut de toutes parts. Ils se saisirent de Paul, et le traînèrent hors du temple, dont les portes furent aussitôt fermées. 31. Comme ils cherchaient à le tuer […] ».

*  -cf. La Sainte Bible in « Nouveau Testament » Ephésiens II. 14 : « […] 14. et a détruit le mur mitoyen de clôture […] ».

 9/LE MOBILIER CULTUEL DU PARVIS DES PRÊTRES

Le premier monument qui occupe l’espace est cette gigantesque « Mer de Bronze », d’un diamètre approximatif de 5 m, d’une hauteur supposée de 2, 50 m et d’une capacité de 45.000 litres d’eau. Elle est supportée par douze bœufs (ou taureaux) correspondants aux douze signes du zodiaque mais qui sont aussi, dans la civilisation cananéenne, le symbole de la fertilité. Ces bœufs sont disposés trois par trois aux quatre points cardinaux *1, l’ouvrage étant placée au Sud-Est du Temple *2. Cette cuve rappelle, sans nul doute, le lac sacré des temples égyptiens, lieu où les prêtres venaient faire leurs ablutions*3

LE TEMPLE DE SALOMON LA MER DE BRONZE

La Mer de Bronze

De plus, dix bassins mobiles de 2 m sur 2, d’une profondeur de 1,50 m, d’une contenance d’environs 1.000 litres, montés sur *4 sur roues, décorés d’unevégétation de palmettes et volutes, d’animaux mythiques, étaient placés de chaque côté du Temple.

LE TEMPLE DE SALOMON BASSIN MOBILE

Bassin mobile de Larnaka – 1.300 ans avant J.-C.

LE TEMPLE DE SALOMON CHAPITEAU PROTO EOLIQUE

Palmettes et volutes d’un chapiteau proto-eolique de Megiddo-Époque salomonienne

LE TEMPLE DE SALOMON PLAQUAGE EN IVOIRE

Plaquage de mobilier en Ivoire de style égyptisant découvert dans le palais d’Omri-Samarie vers 900 avant J.-C.

C’est à Enkomi et Larnaka, sur l’île de  Chypre, que furent découverts deux bassins identiques destinés à transporter l’eau nécessaire aux purifications. Ainsi, grâce à ces trouvailles, nous pouvons nous faire une idée précise de ces ustensiles.                                                                                                                          Enfin, la grande utilisation du bronze dans le matériel cultuel du Temple s’explique quand on sait que Salomon possédait, en Jordanie, d’importantes mines de cuivre *5. Les fonderies, inspirées des techniques phéniciennes, s’installèrent tout naturellement sur les bords du Jourdain *6. Le choix du site était idéal, car l’eau y était abondante, le vent toujours présent pour attiser le feu des fours et la terre d’une grande qualité pour la confection des moules *7.           En résumé, on pourra mesurer les efforts qu’il fallut dépenser pour transporter, surtout lorsqu’il s’agit de la Mer de Bronze, toute cette productions sur Jérusalem.

 Notes :

*1- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I. VII. 23-26 : « […] 23. Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d’un bord à l’autre, une forme entièrement ronde, cinq coudées de hauteur, et une circonférence que mesurait un cordon de trente coudées. 24. Des coloquintes l’entouraient au-dessous de son bord, dix par coudées, faisant tout le tour de la mer; les coloquintes, disposées sur deux rangs, étaient fondues avec elle en une seule pièce. 25. Elle était posée sur douze boeufs, dont trois tournés vers le nord, trois tournés vers l’occident, trois tournés vers le midi, et trois tournés vers l’orient; la mer était sur eux, et toute la partie postérieure de leur corps était en dedans. 26. Son épaisseur était d’un palme; et son bord, semblable au bord d’une coupe, était façonné en fleur de lis. Elle contenait deux mille baths […] ».

*   -cf. Certains exégètes ont prétendus que ces 12 bœufs étaient la représentation des douze signes du zodiaque, mais Weidner Ernst Friedrich (in Handbuch der babylonischen Astronomie -Leipzig 1 915) nous rappelle que le zodiaque babylonien est représenté par 17 signes, car c’est vers le V° siècle av. J.-C. que le zodiaque tel que nous le connaissons est né.

*2- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I. VII. 39 : « […] 39. Il plaça cinq bases sur le côté droit de la maison, et cinq bases sur le côté gauche de la maison; et il plaça la mer du côté droit de la maison, au sud-est […] ».

*3- Un lac sacré est présent dans presque tous les temples. C’est un immense bassin où les prêtres viennent faire leurs ablutions et remplir les cruches à libations. Ce lac sacré représente le Noun primordial.

LE TEMPLE DE SALOMON KARNAC LE LAC SACRE

 Karnak le lac sacré

*4-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I. VII. 27-39 : « […] 27. Il fit les dix bases d’airain. Chacune avait quatre coudées de longueur, quatre coudées de largeur, et trois coudées de hauteur. 28. Voici en quoi consistaient ces bases. Elles étaient formées de panneaux, liés aux coins par des montants. 29. Sur les panneaux qui étaient entre les montants il y avait des lions, des boeufs et des chérubins; et sur les montants, au-dessus comme au-dessous des lions et des boeufs, il y avait des ornements qui pendaient en festons. 30. Chaque base avait quatre roues d’airain avec des essieux d’airain; et aux quatre angles étaient des consoles de fonte, au-dessous du bassin, et au delà des festons. 31. Le couronnement de la base offrait à son intérieur une ouverture avec un prolongement d’une coudée vers le haut; cette ouverture était ronde, comme pour les ouvrages de ce genre, et elle avait une coudée et demie de largeur; il s’y trouvait aussi des sculptures. Les panneaux étaient carrés, et non arrondis. 32. Les quatre roues étaient sous les panneaux, et les essieux des roues fixés à la base; chacune avait une coudée et demie de hauteur. 33. Les roues étaient faites comme celles d’un char. Leurs essieux, leurs jantes, leurs rais et leurs moyeux, tout était de fonte. 34. Il y avait aux quatre angles de chaque base quatre consoles d’une même pièce que la base. 35. La partie supérieure de la base se terminait par un cercle d’une demi-coudée de hauteur, et elle avait ses appuis et ses panneaux de la même pièce. 36. Il grava sur les plaques des appuis, et sur les panneaux, des chérubins, des lions et des palmes, selon les espaces libres, et des guirlandes tout autour. 37. C’est ainsi qu’il fit les dix bases: la fonte, la mesure et la forme étaient les mêmes pour toutes. 38. Il fit dix bassins d’airain. Chaque bassin contenait quarante baths, chaque bassin avait quatre coudées, chaque bassin était sur l’une des dix bases. 39. Il plaça cinq bases sur le côté droit de la maison, et cinq bases sur le côté gauche de la maison; et il plaça la mer du côté droit de la maison, au sud-est […] ».

*  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Chroniques II. IV. 2-22 : « […] 2. Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d’un bord à l’autre, une forme entièrement ronde, cinq coudées de hauteur, et une circonférence que mesurait un cordon de trente coudées. 3. Des figures de boeufs l’entouraient au-dessous de son bord, dix par coudée, faisant tout le tour de la mer; les boeufs, disposés sur deux rangs, étaient fondus avec elle en une seule pièce. 4. Elle était posée sur douze boeufs, dont trois tournés vers le nord, trois tournés vers l’occident, trois tournés vers le midi, et trois tournés vers l’orient; la mer était sur eux, et toute la partie postérieure de leur corps était en dedans. 5. Son épaisseur était d’un palme; et son bord, semblable au bord d’une coupe, était façonné en fleur de lis. Elle pouvait contenir trois mille baths. 6. Il fit dix bassins, et il en plaça cinq à droite et cinq à gauche, pour qu’ils servissent aux purifications: on y lavait les diverses parties des holocaustes. La mer était destinée aux ablutions des sacrificateurs. 7. Il fit dix chandeliers d’or, selon l’ordonnance qui les concernait, et il les plaça dans le temple, cinq à droite et cinq à gauche. 8. Il fit dix tables, et il les plaça dans le temple, cinq à droite et cinq à gauche. Il fit cent coupes d’or. 9. Il fit le parvis des sacrificateurs, et le grand parvis avec ses portes, dont il couvrit d’airain les battants. 10. Il plaça la mer du côté droit, au sud-est. 11. Huram fit les cendriers, les pelles et les coupes. Ainsi Huram acheva l’ouvrage que le roi Salomon lui fit faire pour la maison de Dieu: 12. deux colonnes, avec les deux chapiteaux et leurs bourrelets sur le sommet des colonnes; les deux treillis, pour couvrir les deux bourrelets des chapiteaux sur le sommet des colonnes; 13. les quatre cents grenades pour les deux treillis, deux rangées de grenades par treillis, pour couvrir les deux bourrelets des chapiteaux sur le sommet des colonnes; 14. les dix bases, et les dix bassins sur les bases; 15. la mer, et les douze boeufs sous elle; 16. les cendriers, les pelles et les fourchettes. Tous ces ustensiles que le roi Salomon fit faire à Huram Abi pour la maison de l’Éternel étaient d’airain poli. 17. Le roi les fit fondre dans la plaine du Jourdain, dans un sol argileux, entre Succoth et Tseréda. 18 Salomon fit tous ces ustensiles en si grande quantité que l’on ne vérifia pas le poids de l’airain. 19. Salomon fit encore tous les autres ustensiles pour la maison de Dieu: l’autel d’or; les tables sur lesquelles on mettait les pains de proposition; 20. les chandeliers et leurs lampes d’or pur, qu’on devait allumer selon l’ordonnance devant le sanctuaire, 21. les fleurs, les lampes et les mouchettes d’or, d’or très pur; 22. les couteaux, les coupes, les tasses et les brasiers d’or pur; et les battants d’or pour la porte de l’intérieur de la maison à l’entrée du lieu très saint, et pour la porte de la maison à l’entrée du temple[…] »..

*5-cf. University of California, San Diego-Project Director Prof. Thomas Levy and Dr. Mohammad Najjar-Project Description: « […] Since 1 997, the UC San Diego Levantine Archaeology Laboratory has worked closely with the Department of Antiquities of Jordan on a deep-time study of the role of mining and metallurgy on cultural evolution over a period of nine-thousand years – from the Neolithic period to Islamic times – in Jordan’s Faynan district, some 50 km south of the Dead Sea. Faynan, located near the beautiful Dana UNESCO Biosphere Reserve, is home to one of the world’s best preserved ancient copper mining and metallurgy districts. The UCSD project is called the Edom Lowlands Regional Archaeology Project, or ELRAP.  ELRAP is special because of its focus on developing and using a high-tech, on-site digital archaeology system. Students will gain extensive experience not only participating in archaeological survey and excavation, but also mastering an array of digital survey and recording tools. There is also a strong daily field laboratory component where students work in labs including ceramics, zooarchaeology, archaeometallurgy, lithics, digital photography, GIS and more. The 2012 season will focus on the investigation of the largest habitation site in this ancient copper ore resource zone. The site is Khirbat Faynan (Biblical Punon; Roman/Byzantine Phaino). Preliminary research in 2011 demonstrated important settlement phases during the Early Bronze II-III periods (ca. 2300 – 2000 BC), Iron Age (ca. 1200 – 500 BC), as well as Nabatean/Roman/Byzantine (350 BC – 638 AD). The working hypothesis is that Khirbat Faynan served as the political and economic center of copper production in Faynan during these periods. Advanced digital archaeology methods will be used to record the excavation process. Period(s) of Occupation: Early Bronze Age, Iron Age, Nabataean Period, Roman Period, Byzantine Period, Early Islamic Period […]».

*6- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Rois I. VII. 46 : « […] 46. Le roi les fit fondre dans la plaine du Jourdain dans un sol argileux, entre Succoth et Tsarthan […]».

*7-cf.Grébénart Danilo in « Les Premiers Métallurgistes en Afrique Occidentale »-Errance 1 988

10/DU MONT MORIAH AU MONT DES OLIVIERS

L’ensemble de l’espace  sacré allait du Mont Moriah au Mont des Oliviers, ce qui nous donne une véritable idée de la grandeur du site. Le Temple était relié au Mont des Oliviers par un pont à trois arcades et c’est sur le Mont des Olivier, face à l’entrée orientale du Temple, qu’était abattue  la vache rousse. Une fois celle-ci égorgée, le prêtre trempait une branche d’hysope dans le sang de la victime et en direction du Temple, il aspergeait sept fois  le lieu. La génisse, lié par des cordelettes rouges, était placée sur un bûcher composé de bois cèdre et d’hysope et y était consumée. Une fois récupérées, ses cendres  étaient mêlées à de l’eau de source pour confectionner l’eau lustrale. Cette eau sacrée était utilisée, toujours à l’aide d’une branche d’hysope, en aspersion pour ôter les souillures d’un pêcheur, qui après devait s’immergerAdansAleA« mikvé »*1. Le jour de Kippour *2, tombant aux alentours de l’équinoxe d’automne, était célébré par le Grand Prêtre lui-même. Tout comme Aaron, avant ce Grand Jour, le Grand Prêtre quittait sa maison et sa famille. Il devait s’isoler sept jours dans ses appartements du Temple pour se purifier et influence, peut-être, de l’Égypte, se rasait complètement *3. Celui-ci était responsable de tous les aspects du Service Divin et qui comprenait, en outre, quinze sacrifices distincts. Il y avait beaucoup à faire pour préparer cette journée mémorable. Il désignait un autre prêtre comme remplaçant, dans le cas où il se serait souillé par inadvertance, n’ayant pas le temps matériel d’être purifié à temps. Un jeu supplémentaire de d’habits de cérémonie  était préparé à cet effet pour ce substitut potentiel. Durant toute la semaine, le Grand Prêtre écoutait la lecture faite par les anciens du Sanhédrin et  étudiait les textes relatifs aux diverses tâches qu’il devait accomplir  lors du Grand Pardon. Il devait aussi remplir le rituel quotidien du Temple et devait, notamment, approvisionner l’Autel des Parfum et asperger le propitiatoire du sang des deux sacrifices quotidien *4. En outre, il devait pourvoir en huile et entretenir les mèches des chandeliers et de la  Menorah. Le matin de la célébration, le Grand Prêtre se tenait sur l’esplanade et face à la porte du sanctuaire, il examinait attentivement le bétail qui lui avait été amené tout en déterminant l’ordre des différents sacrifices *5. Puis après avoir préparé, pour le tirage au sort, les deux boucs. L’un était sacrifié et l’autre, le bouc émissaire (Azazel) *6, était mené hors du Temple, en direction du désert, pour le soustraire aux brimades du peuple, pressé de le voir disparaître, chargé des péchés d’Israël.

Notes:

*1-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres XIX. 2-19: « […] 2. Voici ce qui est ordonné par la loi que l’Éternel a prescrite, en disant: Parle aux enfants d’Israël, et qu’ils t’amènent une vache rousse, sans tache, sans défaut corporel, et qui n’ait point porté le joug. 3. Vous la remettrez au sacrificateur Éléazar, qui la fera sortir du camp, et on l’égorgera devant lui. 4. Le sacrificateur Éléazar prendra du sang de la vache avec le doigt, et il en fera sept fois l’aspersion sur le devant de la tente d’assignation. 5. On brûlera la vache sous ses yeux; on brûlera sa peau, sa chair et son sang, avec ses excréments. 6. Le sacrificateur prendra du bois de cèdre, de l’hysope et du cramoisi, et il les jettera au milieu des flammes qui consumeront la vache. 7. Le sacrificateur lavera ses vêtements, et lavera son corps dans l’eau; puis il rentrera dans le camp, et sera impur jusqu’au soir. 8. Celui qui aura brûlé la vache lavera ses vêtements dans l’eau, et lavera son corps dans l’eau; et il sera impur jusqu’au soir. 9. Un homme pur recueillera la cendre de la vache, et la déposera hors du camp, dans un lieu pur; on la conservera pour l’assemblée des enfants d’Israël, afin d’en faire l’eau de purification. C’est une eau expiatoire […] 17. On prendra, pour celui qui est impur, de la cendre de la victime expiatoire qui a été brûlée, et on mettra dessus de l’eau vive dans un vase. 18. Un homme pur prendra de l’hysope, et la trempera dans l’eau; puis il en fera l’aspersion sur la tente, sur tous les ustensiles, sur les personnes qui sont là, sur celui qui a touché des ossements, ou un homme tué, ou un mort, ou un sépulcre. 19. Celui qui est pur fera l’aspersion sur celui qui est impur, le troisième jour et le septième jour, et il le purifiera le septième jour. Il lavera ses vêtements, et se lavera dans l’eau; et le soir, il sera pur […] ».

 *  - « Mikvé » ( מִקְוָה ) bain rituel de purification

*2-Le jour du Grand Pardon

*3-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Nombres VIII. 7-15 : « […] 7.

Voici comment tu les purifieras. Fais sur eux une aspersion d’eau expiatoire; qu’ils fassent passer le rasoir sur tout leur corps, qu’ils lavent leurs vêtements, et qu’ils se purifient. 8.  Ils prendront ensuite un jeune taureau, avec l’offrande ordinaire de fleur de farine pétrie à l’huile; et tu prendras un autre jeune taureau pour le sacrifice d’expiation. 9. Tu feras approcher les Lévites devant la tente d’assignation, et tu convoqueras toute l’assemblée des enfants d’Israël. 10. Tu feras approcher les Lévites devant l’Éternel; et les enfants d’Israël poseront leurs mains sur les Lévites. 11. Aaron fera tourner de côté et d’autre les Lévites devant l’Éternel, comme une offrande de la part des enfants d’Israël; et ils seront consacrés au service de l’Éternel. 12. Les Lévites poseront leurs mains sur la tête des taureaux; et tu offriras l’un en sacrifice d’expiation, et l’autre en holocauste, afin de faire l’expiation pour les Lévites. 13. Tu feras tenir les Lévites debout devant Aaron et devant ses fils, et tu les feras tourner de côté et d’autre comme une offrande à l’Éternel. 14. Tu sépareras les Lévites du milieu des enfants d’Israël; et les Lévites m’appartiendront. 15. Après cela, les Lévites viendront faire le service dans la tente d’assignation. C’est ainsi que tu les purifieras, et que tu les feras tourner de côté et d’autre comme une offrande.

*  -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »- Lévitique VIII. 33 : « […] 33.  Pendant sept jours, vous ne sortirez point de l’entrée de la tente d’assignation, jusqu’à ce que les jours de votre consécration soient accomplis; car sept jours seront employés à vous consacrer […] ».

*4-cf.La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Lévitique I. 1-17 : « […] 3. […] il l’offrira à l’entrée de la tente d’assignation […] ».

* -cf. Sacrifice perpétuel ou Korban Tamid

* -cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Nombres XXVIII. 31 : « […] 31. Vous offrirez ces sacrifices, outre l’holocauste perpétuel et l’offrande. Vous aurez des agneaux sans défaut, et vous joindrez les libations […]».

*5-cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Lévitique XVI-2-22 : « […] 2. L’Éternel dit à Moïse: Parle à ton frère Aaron, afin qu’il n’entre pas en tout temps dans le sanctuaire, au dedans du voile, devant le propitiatoire qui est sur l’arche, de peur qu’il ne meure; car j’apparaîtrai dans la nuée sur le propitiatoire. 3. Voici de quelle manière Aaron entrera dans le sanctuaire. Il prendra un jeune taureau pour le sacrifice d’expiation et un bélier pour l’holocauste. 4. Il se revêtira de la tunique sacrée de lin, et portera sur son corps des caleçons de lin; il se ceindra d’une ceinture de lin, et il se couvrira la tête d’une tiare de lin: ce sont les vêtements sacrés, dont il se revêtira après avoir lavé son corps dans l’eau. 5. Il recevra de l’assemblée des enfants d’Israël deux boucs pour le sacrifice d’expiation et un bélier pour l’holocauste. 6. Aaron offrira son taureau expiatoire, et il fera l’expiation pour lui et pour sa maison. 7. Il prendra les deux boucs, et il les placera devant l’Éternel, à l’entrée de la tente d’assignation. 8. Aaron jettera le sort sur les deux boucs, un sort pour l’Éternel et un sort pour Azazel. 9. Aaron fera approcher le bouc sur lequel est tombé le sort pour l’Éternel, et il l’offrira en sacrifice d’expiation. 10. Et le bouc sur lequel est tombé le sort pour Azazel sera placé vivant devant l’Éternel, afin qu’il serve à faire l’expiation et qu’il soit lâché dans le désert pour Azazel. 11. Aaron offrira son taureau expiatoire, et il fera l’expiation pour lui et pour sa maison. Il égorgera son taureau expiatoire. 12.Il prendra un brasier plein de charbons ardents ôtés de dessus l’autel devant l’Éternel, et de deux poignées de parfum odoriférants en poudre; il portera ces choses au delà du voile; 13. il mettra le parfum sur le feu devant l’Éternel, afin que la nuée du parfum couvre le propitiatoire qui est sur le témoignage, et il ne mourra point. 14. Il prendra du sang du taureau, et il fera l’aspersion avec son doigt sur le devant du propitiatoire vers l’orient; il fera avec son doigt sept fois l’aspersion du sang devant le propitiatoire. 15. Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l’aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire. 16. C’est ainsi qu’il fera l’expiation pour le sanctuaire à cause des impuretés des enfants d’Israël et de toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché. Il fera de même pour la tente d’assignation, qui est avec eux au milieu de leurs impuretés. 17. Il n’y aura personne dans la tente d’assignation lorsqu’il entrera pour faire l’expiation dans le sanctuaire, jusqu’à ce qu’il en sorte. Il fera l’expiation pour lui et pour sa maison, et pour toute l’assemblée d’Israël. 18. En sortant, il ira vers l’autel qui est devant l’Éternel, et il fera l’expiation pour l’autel; il prendra du sang du taureau et du bouc, et il en mettra sur les cornes de l’autel tout autour. 19. Il fera avec son doigt sept fois l’aspersion du sang sur l’autel; il le purifiera et le sanctifiera, à cause des impuretés des enfants d’Israël. 20. Lorsqu’il aura achevé de faire l’expiation pour le sanctuaire, pour la tente d’assignation et pour l’autel, il fera approcher le bouc vivant. 21. Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et il confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d’Israël et toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché; il les mettra sur la tête du bouc, puis il le chassera dans le désert, à l’aide d’un homme qui aura cette charge. 22. Le bouc emportera sur lui toutes leurs iniquités dans une terre désolée; il sera chassé dans le désert.

*6- cf. La Sainte Bible in « Ancien Testament »-Lévitique XVI-10 : « […] 10. Et le bouc sur lequel est tombé le sort pour Azazel sera placé vivant devant l’Éternel, afin qu’il serve à faire l’expiation et qu’il soit lâché dans le désert pour Azazel […] ».

11/POUR CONCLURE

 Même si il est difficile de se faire une idée précise de ce que pouvait être le Temple de Salomon du temps de sa splendeur *1, les innombrables sources bibliques nous aident à en retracer le souvenir. Il est également impossible de traiter un tel sujet succinctement, car tout un livre pourrait y être consacré. C’est pourquoi, volontairement, j’ai omis de décrire avec précision le rituel qui se déroulait dans ce lieu et les diverses fonctions des officiants etc. Aujourd’hui, cette esplanade de 145.000 m2 est occupée, depuis 614 ap. J.-C., presque continuellement par les musulmans et le Dôme du Rocher n’en utilise qu’une faible surface !                                                                                                              Une foultitude de construction  mineures y ont été rajoutées d’une manière anarchique : La mosquée « Al Aqsa », le  Dôme de la Chaîne « Qabat al Silsila », les arcades « Maouazine » ou balances, car il est dit que lors du Jugement Dernier la balance du Bien et du Mal y serait suspendue, bassins et fontaines dont celle du Sultan Qaïtbay (1 416-1496) etc. Mais, sous les fondations du Temple, les archéologues continuent, souvent avec bien des difficultés avec la population locale, leurs recherches. Enfin, le Temple de Salomon restera encore longtemps un mystère loin d’être résolu !

Note :

*1-cf.La Sainte Bible in « Nouveau Testament »-Matthieu XXIV-1-2 : « […] 1. Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple, ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. 2. Mais il leur dit: Voyez-vous tout cela? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée […] ».

 12/BIBLIOGRAPHIE

-Aristée in « Lettre d’Aristée à Philocrate »-Traduction en français André Pelletier-Éditions du Cerf 1 962

-Beugnies et Toutain (Drs) in « La circoncision chez les Juifs et au Soudan »

- Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV° Série, tome 8, 1897                  

-Bible (La Sainte)

-Bible (La) d’Alexandrie LXX –Livres  des Maccabées-Éditions du Cerf 2 008

-Bordreuil (Pierre) & Françoise Briquel-Chatonnet in « Le temps de la Bible »-Gallimard 2 003

-Brunier (Jean-Marie) in « La Stèle-Histoire de la Colonie Juive d’Egypte ou les recherches d’un Franc-Maçon »-Athor-Toulouse 2 010

-Clermont-Ganneaud in Revue Archéologique 1 872

-Coran (Le)

-Flavius Josèphe in « Œuvres complètes »-Publications de la Société des études juives sous la direction de Théodore Reinach-Traduction de Julien Weill-Édition originale : 1900-1926-Hachette 2 013 

-Grébénart Danilo in « Les Premiers Métallurgistes en Afrique Occidentale »-Errance 1 988

-Hancock (Graham) in « Le mystère de l’arche perdue »-Pygmalion 1 999 

-Jérôme (Œuvres de Saint) publiées par M. Benoît Matougues, sous la direction de M. L. Aimé-Martin à Paris chez Auguste Desrez, Imprimeur-Éditeur Rue Neuve des Petits Champs 1 838

-Irénée (Saint) in « La Pensée Chrétienne Saint Irénée – par Albert Dufourcq – Professeur Adjoint à l’Université de Bordeaux-Docteur Ès Lettres »-Librairie Bloud & Cie. 4, rue Madame et rue de Rennes, 59 -1 905

 -Liverani (Mario) in « La Bible et l’invention de l’histoire – Histoire ancienne d’Israël »-Bayard, 2 008

-Margueron (Jean-Claude) & Luc Pfirch in « Le Proche-Orient et l’Égypte Antique »-Hachette Supérieur 1 996

-Maspero (Gaston) in « Histoire Ancienne des Peuples de l’Orient »-Hachette 1 884 

 -Parrot (André) in Cahier d’Archéologie Biblique n° 5 : « Le Temple de Jérusalem » – Éditions Delachaux & Niestlé 1 954

-Römer (Thomas) (Université de Lausanne) in Allez Savoir - n ° 3-2 juin 2.005

-Soulé-Nan (Joy) in « La Nubie des Pyramides »– Éditions du Rocher 2 002-Parrot (André) in « Le Temple de Jérusalem »-Cahiers d’Archéologie Biblique 1 954

-Sebag Montefiore (Simon) in « Jérusalem – Biographie »-Calmann-Lévy 2 013

-Levy (Thomas) & Dr. Mohammad Najjar-University of California, San Diego-        1 997

-Silberman (Neil Asher), Israel Finkelstein in « La bible dévoilé, les nouvelles révélations de l’archéologie »- Gallimard 2 004

-Smith (W. Robertson), M.A., LL. D. –Professor of Arabic in the University of Cambridge in «Religions of the Semites»-London Adam and Charles Black 1 894

- Weidner Ernst Friedrich (in Handbuch der babylonischen Astronomie – Leipzig  1 915

 LE TEMPLE DE SALOMON MAQUETTE

 Jérusalem – Maquette du Temple d’Hérode

 J.-M. B.

   

ÉGYPTE MILLÉNAIRE

Débarquant à Louxor assez tard dans la soirée, dans un tourbillon de touristes, un taxi me conduisit rapidement àl’hôtel.

 EGYPTE 1

 Louxor – Le Temple (photo de l’auteur)

Ce n’est que le lendemain, au lever du jour, que je compris que ma chambre donnait sur le Nil et que de son balcon on pouvait contempler le fameux temple tant et tant de fois décrit. Deux jours plus tard, dans la hâte, après avoir déambulé dans les sites historiques, traversé le fleuve pour visiter la nécropole thébaine, je décidais de changer d’ambiance et de me reposer à Assouan. Il faut dire, je m’en rendais compte chaque jour, que pour approcher un tant soit peu l’immense richesse culturelle et millénaire de ce pays, ce n’était pas un bref séjour de deux semaines qui allait apaiser ma soif de connaissance. Alors que Rê, emporté par sa barque, se dirigeait vers un périlleux voyage dans la Douat, je pénétrais dans le 1° nome, le pays de l’arc, l’ancienneTA-sty *1.

 EGYPTE 2

Dans cette ville, située à quelques kilomètres du Tropique du Cancer, Ératosthène, vers 200 av. J.-C., mesura la circonférence de la Terre et il en confirma sa rotondité. Mais les prêtres d’Hermopolis, ville du dieu de la connaissance Thot, le savaient certainement déjà, puisque c’est dans cette antique citée, appelée par les égyptiens Khemenou, qu’était né l’Ogdoade *2. Les derniers feux de l’Astre, se dissipant lentement dans l’Amenti, les formes et les paysages prirent bien vite ces reflets de cornaline et il était impossible d’expliquer l’étrange plénitude qui me comblait. Le temps s’était figé, les bruits s’apaisaient et un calme mystérieux envahit cette citée établie aux marches de l’Afrique Noire. Bien qu’habitué aux pays du Maghreb, la certitude que j’avais déjà fréquenté ces lieux mystérieux, firent que quelques alchimies secrètes se produisirent en moi et je pris conscience qu’ici soufflait l’Esprit. A mon lever, au petit jour, réveillé par le chant des oiseaux, le Grand Fleuve Nil, plus présent que jamais, qui m’attirait et me fascinait, renouvelait son éternelle magie.

« […] Arcanum natura caput non proditit ulli, Nec licuit populis parvum te, Nile, videre, Amovitque sinus, et gentes maluit ortus Mirari, quam nosse, tuos. Consurgere in ipsis Jus tibi solstitiis, aliena crescere bruma […] ».                                                                  

« […] La Nature a mis un voile qu’elle n’a pas permis à aucun peuple de lever ; elle n’a pas voulu que l’on puisse teAvoir, faible et rampant. Elle a caché dans l’éloignement le lieu de tes eaux naissantes. Elle s’est dit : Je préfère qu’on les admire plutôt que les humains les connaissent. En te voyant grossi de tes pluies […] *3 ».

De la fenêtre de ma chambre, je contemplais le va et vient incessant de ces lourdes felouques aux voiles blanches, descendant et remontant sans cesse le courant capricieux. Des nautoniers Barabras, rompus aux manoeuvres compliquées, experts dans leur art ancestral et connaissant tout des bancs de sable, des écueils et de l’impétuosité des flots, faisaient évoluer leur embarcation en d’habiles arabesques.

  EGYPTE 4

 Éléphantine (photo de Jean-Jacques Salvetat)

 Ce matin là, j’entrepris la visite du Musée d’Assouan et bien qu’il me soit difficile de faire des photos sans flash, dans cette fraîche pénombre, j’étais séduit par la modernité de l’édifice et par l’extrême variété des objets proposés. Il était impossible d’ignorer Khnoum *4, le Maître d’Éléphantine, Bélier Sacré et sa couronne Atef *5, modelant l’oeuf primordial, gardien de la caverne d’ Hâpi *6 d’où surgit le Nil. Le dieu était assis devant son tour de potier, façonnant dans la glaise le nouveau né et son Ka *7, la déesse grenouille Héqet *8 lui donnant le souffle de vie. Le nom même de Khnoum m’intriguait, car les kabbalistes parlent souvent de l’Homme Primordial, l’Adam Kadmon, premier homme fait de glaise*9, sortant des mains du Divin et dont nous sommes tous les descendants. Idée même nous reliant au Créateur et qui évoque le Cosmos, celui-ci possédant également une âme et un corps.

EGYPTE 5 

Musée d’Assouan – Dans le vestibule momie dorée d’un Bélier Sacré paré de la couronne Atef (photo de l’auteur)

Peut-être, aussi, était-ce un jeu de mot des hiérogrammates, qui disaient volontiers que l’homme naquit un jour des larmes de Rê ?

Je me souvenais d’Horapollon d’Alexandrie *10 et de ce que disait le poète*11 :

« […] Il y a dans le mot, dans le verbe, quelque chose de sacré qui nous défend d’en faire un jeu de hasard. Manier savamment une langue, c’est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire […] ».

Ici, l’Égypte depuis des temps immémoriaux, se nourrissant de ces vallées reculées du Nil, empruntait l’unique voie, le seul point de rencontre menant de la lointaine Afrique à la Méditerranée, d’où provenaient l’ivoire, l’ébène, les plumes d’autruches, l’or, l’électrum et « toutes sortes de bonnes et belles choses ». De par leurs diversités culturelles, une symbiose s’était spontanément créée entre ces deux types de pensées égyptiennes et nubiennes, pourtant en apparence, si dissemblables. Ainsi, c’etait bien en Afrique que l’Égypte retrouvait ses racines et se revitalisait sans cesse, car le pays de Kouch était l’important maillon, reliant des territoires connus à d’autres impénétrables.

 EGYPTE 6

Musée d’Assouan – Colosse de Ramsès II en provenance du temple de Gerf Hussein (photo de l’auteur)

Notes

*1-cf. Pierre Montet in « Géographie de L’Égypte Ancienne »-Deuxième partie – La Haute Égypte-Librairie C. Klincksieck 1 961-p. 13*

2-cf. Christiane Desroches Noblecourt, in « Vie et mort d’un pharaon Toutankhamon »-Éditions Pygmalion 1 977-p.127 : « […] Aménophis IV choisit dans les parages de la ville du divin Thot, le dieu des intellectuels, Hermopolis, dans le XV ° nome […]».  

* -cf. Pierre Montet in « Géographie de L’Égypte Ancienne »-Deuxième partie -La Haute Égypte -Librairie C. Klincksieck 1 961- p.150: « […] Sans être un fidèle de Thot, Hérodote a souvent gardé le silence sur ce qu’il avait vu et appris dans les temples d’Égypte. Le dieu seul sans doute avait le droit de faire des révélations […] ».

* 3-cf.Lucain –in « La Pharsale » – Livre X – v. 295

* 4- Notes de l’auteur :

Khnoum EGYPTE 7(celui qui réunit), fils de Rê et de la mère des dieux Neith, est en compagnie de sa parèdre Satis (celle qui répand les eaux que le dieu a fait jaillir) et Anoukis (sa fille, celle qui alimente les champs).

* 5- Note de l’auteur : 

Couronne Atef,  EGYPTE 8 coiffure solaire, est intimement liée au renouveau de la vie.

*  -cf. Sotirios Mayassis in « Mystère et Initiation de l’Égypte ancienne » – Archè -Milano -1 988-Éditions de « La Bibliothèque d’Archéologie Orientale d’Athènes »-p. 353 : « […] La couronne atef est composée d’un faisceau de lotus, le lotus symbole solaire, garnie de deux disques solaires et d’une paire de cornes […] Elle symbolise l’idée de renouvellement de reverdissement et de renaissance perpétuelle. Les deux disques figurent deux époques du mystère de la renaissance. Le roi ou l’initié, en se coiffant de cette couronne renaît donc à la vie divine et se « lève » comme le soleil. Il est à ajouter que le couronnement avait lieu le jour de l’an ou pendant « quelqu’autre point de renouvellement dans le cycle de la nature » […] Par le couronnement, l’âme de l’initié couronné acquiert la lumière […] ».

* 6- cf. Joy Soulé-Nan in « La Nubie des Pyramides »-Champollion-Éditions du Rocher-Monaco 2 002 – p. 310 –« 32.Textes des pyramides, paragraphe 864 b et c : […]Roi,reçoit cette eau pure sortie d’Éléphantine, ton eau d’Éléphantine [...]Ton encens de «TA-sty» de la pyramide d’Ounis à Saqqara [...] ». 

* -cf. Pierre Montet in « Géographie de l’Égypte Ancienne »-Deuxième partie-La Haute Égypte-Librairie C. KlincksieckA(1961)-p. 20 : « […] Il existe sur la porte d’Hadrien à Philae 4 une curieuse représentation de cette haute montagne […]Tout en bas le dieu Nil caché dans la grotte dont un serpent cerne le contour répand l’eau […] ». 4-Champollion, monuments, pl. XCIII ; MASPERO ; Hist. anc. des peuples de l’Orient classique I, 39 renversé.

* 7- cf. Jan Assman in « Mort et au-delà dans l’Égypte ancienne »-Champollion – Éditions du Rocher 2 003– Chapitre IV- « La mort, dissociation : la personne du mort et ses composantes »-p. 141: «[…] Au premier rang de ces éléments de la personne qui reviennent constamment dans les textes funéraires, figurent le ba et le ka qui font tous deux partie de l’ensemble de notions que nous rapportons à notre concept d’âme […] ».

 EGYPTE 9

 Philae – Le dieu Hâpi du Nil nourricier dans sa caverne Temple d’Isis-Porte d’Hadrien (photo de l’auteur)

* 8-Note de l’auteur : 

 EGYPTE 10

Héqet, déesse à tête de grenouille, souvent considérée comme la parèdre de Khnoum, elle anime et donne le souffle de la vie aux êtres façonnés par le Maître Potier.

*  -cf. Pierre Montet in « Géographie de l’Égypte Ancienne »-Deuxième partie – La Haute Égypte-Librairie C. Klincksieck 1 961-p. 151 : « Nome XV : Le Lièvre » […] Dans les tombeaux de Beni- Hassan on associe Hrwrau dieu Khnoum et à la déesse-grenouille Hqt[…] ».

* 9- Note de l’auteur : « Adama » qui en hébreux semble désigner la terre, a donné « Adam » le premier homme et certainement « adobe ».

*10- cf. Frédéric Portal in « Les Symboles des Égyptiens comparés à ceux des Hébreux suivi du texte intégral en français du Hiéroglyphica d’Horapollon »- Éditions Lahy 2 008: «I. 27. […] Car c’est ainsi que les mots sont en parfaite conformité avec l’âme […] ».

*11-cf. Baudelaire in « Les Chats de Baudelaire »- M. Delcroix & W. Geerts – PUF 1 980-p. 262

J.-M. B.